ASTROEMAIL
informations juridiques de la consommation de crédulité

Cas est-ce-t-elle?













Est-ce-t-elle se victimise en moralisatrice...

Des explications datées 2016, publiées à l'adresse estelle-des-enclos.com, d'une personne se faisant passer pour un avatar correspondant à l'adresse, se plaignait de l'INAD. Relatait une déception d'ancienne adhérente. Faisant part d'un désappointement. L'organisation portant ce nom ne supportant pas les critiques lui adressait ses objections. En 2016 il était malaisé de démêler le vrai du faux dans un conflit imperceptible pour le public. Car l'avatar dénommé Estelle des Enclos est une pure invention, tout comme l'INAD. Aucun des deux protagonistes n'est réel.    




 

Un pseudonyme, est-ce-t-elle des enclos? Non après enquête. Une tentative de fumisterie certainement. Nous publierons les documents le moment venu.


L'avatar estelle présentait des arguments de type moraux, éthique, déontologique et tout le blabla allant avec, à propos d'une activité de crapules. L'avatar comparait les textes de la secte assurant sa promotion des USA, avec des réactions Françaises : Une information sur l'éthique éditoriale de l'éditeur parle d'elle même, et par son contenu ne peut que faire taire les âmes mal-pensantes qui jettent le discrédit sur ces publications et par delà même sur les compétences des professionnels mis en avant pas ces publications américaines ce qui est déplorable.Bien évidemment l'avatar n'avait rien vérifié de la réalité de l'éditeur objet de son propos. Et pour cause, c'est le guru dirigeant la secte des artisans de lumière, assurant la promotion publicitaire de l'avatar est-ce-t-elle? en France en vendant des listes sur Amazone notamment aux crédules qui les achètent.


L'avatar "est-ce-t-elle?" exprimait des propos naifs, sur la "morale" d'une activité qui ne peut en avoir. Depuis plus d'une dizaine d'années, les tribunaux français considèrent que le domaine, dans lequel l'avatar "est-ce-t-elle?"exerce des activités , dont certaines sont interdites, les soins notamment, relève du non sérieux.


Le rebondissement, "d'est-ce-t-elle?" caractérise une manoeuvre classique de rambernage. Une tromperie supplémentaire.


Les échanges, mal aimables, de propos entre deux malfaisances virtuelles sont dépouvus d'intérêts. Est-ce-t-elle? étant tout aussi inexistante que l'est l'Inad.


φct

astroemail 06/16 et 07/2017










®

"diffusion en matière juridique de renseignements et informations à caractère documentaire

en application de l'article 66-1 de la loi du 31/12/1971 reproduction interdite"

Une - Actualités-Editeur -AstroDiko - Astrosofie - Blog -Culture - Magazine - Legalis - Mystifications - Société


            Médiation Extra Judiciaire  Droits intellectuels Engagement consommateur   Argumentaires

                         

                                       ©2018-2003 Tous Droits Réservés www.astroemail.com  ISSN 2267-2702