ASTROEMAIL
informations juridiques de la consommation de crédulité

Cas d'Estelle des Enclos abusée par la désinformation de l'INAD













ESTELLE DES ENCLOS : victime de l'INAD...

Dans ses explications en 2016, publiées sur son site, Estelle des Enclos se plaignait de l'INAD. Elle relatait sa déception d'ancienne adhérente, et faisait part de son désappointement. L'organisation portant ce nom ne supportait pas les critiques qui lui étaient ainsi adressées. En 2016, rien ne permettait de la comprendre. Estelle des Enclos se plaignait de faire l'objet de harcèlement, et le lynchage, auquel l'organisation dénommée INAD se livrait à son encontre, était imperceptible pour le public, mais réel pour les protagonistes directs. Des motifs apparents jouaient contre Estelle des Enclos, notamment son apologie d'une organisation américaine parée de louanges. Un dialogue de sourds s'installait, jusqu'à ce que se produise un événement rare, déterminant, de nature à restituer à Estelle des Enclos sa crédibilité légitime.    




 

Des accusations d’affairisme dans la voyance étaient proférées par écrit le 18 juin 2016 sur un site américain-écrivant en français-. Au nombre des accusatrices figurait Mme Estelle des Enclos. Un pseudonyme.


Mme des Enclos présentait ses arguments au nom de la morale, de l’éthique, et de la déontologie. Son propos faisait une distinction entre les assertions made in USA et ce qu'elle connaissait de la France : Une information sur l'éthique éditoriale de l'éditeur parle d'elle même, et par son contenu ne peut que faire taire les âmes mal-pensantes qui jettent le discrédit sur ces publications et par delà même sur les compétences des professionnels mis en avant pas ces publications américaines ce qui est déplorable.


Des éléments de cadrage permettaient de se faire une opinion avertie sur l'absence de "surface" réelle de l'organisation américaine, objet des compliments de Mme des Enclos. A partir de ces éléments astroemail publiait un signalement estelle des enclos, retiré au bout d'un an. Remplacé par le texte de cette mise au point.


Le cadrage, l'effet de halo et l'illusion de compréhension expliquent les erreurs d'appréciation dans le signalement publié relativement à Mme Estelle des Enclos. Il y a aussi une seconde explication, celle d'avoir été instrumentalisé par une tierce personne. Ce fut le cas. La découverte, et la vérification de cette instrumentalisation, explique la suppression du signalement initial le 08/07/2017.


Mme Estelle des Enclos s'exprimait, avec des propos naifs, sur la "morale" d'une activité qui ne peut en avoir. Depuis plus d'une dizaine d'années, les tribunaux français considèrent que le domaine, dans lequel Mme Des Enclos intervient, relève du non sérieux.


Les personnes offrant des prestations au titre du non sérieux sont tenues de se conformer à la loi. Pour ces personnes l'éthique n'existe pas. Les propos de Mme Des Enclos sont en décalage. Le conseil pratique à lui donner, consiste à acheter un précis Dalloz du droit de la consommation, ainsi qu'à télécharger sur Legifrance.gouv.fr la dernière verson gratuite en pdf du code du même nom, le lire, et le mettre en pratique.


Le rebondissement, dans le dossier de Mme des Enclos, qui restaure sa crédibilité, résulte de la découverte qu'elle a été abusée par l'INAD lorsqu'elle y adhéra.


Mme des Enclos paya sa cotisation à une illusion de type Muller Lyer. Son argent fut encaissé, sans que toutefois elle ne soit membre de l'INAD. Elle recevait des informations présumées émaner de l'INAD. Sans que ce soit l'INAD. Mme des Enclos vécut toute sa période d'adhésion en croyant recevoir des prestations d'une structure dénommée INAD. Elle eut l'intelligence de quitter cette illusion lorsqu'elle constatait que les orientations de l'illusion ne coïncidaient plus avec ses attentes. Mme Des Enclos fit part de ses critiques légitimes sur son site. Qu'Astroemail est désormais en état de comprendre, et de soutenir. Parce que depuis juillet 2016 Astroemail a résolu l'illusion Muller-Lyer dite de l'INAD. Mme des Enclos peut s'exprimer comme elle l'entend sans craindre les menaces proférées par des ouistitis, ou des zigotos, se prétendant plumitifs d'une illusion autant pour une Buffy que pour M Bertrand Cailac, dépourvus de légitimité l'une comme l'autre.


A cette tromperie s'ajoute une pratique inaugurée par l'INAD, depuis ses débuts, rédigée en termes de menaces  : "Quant à vos injures à l'encontre de Bertrand  Cailac , nous vous conseillons de ne pas trop l'astiquer car comme on vous l'a écrit il y a quelques années  sa plume est acerbe et vos ''insultes  ne resterons pas impunies..."

"On espère ne pas en arriver là, car  l'INAD ne vous a jamais insultée mais on peut , bien sûr, si vous persistez dans vos agissements publier des témoignages de clients mécontents qui vous ont mis en cause...". La menace de révélations, une vieille recette des malpropretés de l'INAD. Employer la boue pour salir, dont il faudra vérifier la provenance quelque soit l'odeur nauséabonde. Avec l'INAD il faut tracer l'origine des cochonneries, c'est une règle, sans craindre de se salir les mains afin de distinguer entre les importations et les saloperies d'origines. Il est aussi nécessaire de contester celles dites "d'origine" en les soumettant au détecteur des mensonges.


L'ombre de l'affaire Yann et Anne Destein plane encore, 30 ans après, sur ce qui reste de l'INAD. L'affaire dite des voyants "que l'on peut ne pas consulter". La prétention native de M SISSAOUI était de trier les bons des mauvais. A quel titre? Il n'a jamais eu qualité pour faire les distinctions, y compris en se collant sur les fesses une pancarte avec l'acronyme "INAD". L'index de l'INAD fonctionnait comme un système d'exclusions rémunérateur, dénoncé par Yann et Anne Destein parce que portant atteinte à la liberté du commerce et de l'industrie. A cette époque Yann, et Anne Destein, échouèrent dans leur action commune à faire reconnaitre : "que les agissements qui leur étaient reprochés par l'INAD étaient sans fondement". L'INAD soutenait dénoncer les agissement frauduleux de prestataires indélicats. Les sociétés YANN et Anne Destein perdirent à cause de leur activité non sérieuse, et non pour des actes d'indélicatesse que l'INAD de cette époque fut incapable de prouver (CA Paris 30/05/2003 25e chambre , section A) autrement que par la diffusion de rumeurs, y compris en justice. En 2016 la même méthode était à nouveau employée contre Estelle des Enclos. L'usage de la menace de révélations pour obtenir son abstention dans l'expression de ses plaintes légitimes.En exerçant contre elle une pression. Yann et Anne Destein ne parvenaient pas à se faire entendre, car il était facile de se servir, devant les juges, des prestations non sérieuses dite du Cadenas de l'amour, et du Fer à cheval, leurs prestations, pour les ridiculiser. Ce que fit l'INAD, offrant ainsi aux magistrats l'occasion d'une audience de rigolades.


Depuis le temps a passé, et la technique mise au point par l'INAD contre Yann et Anne Destein peut désormais lui être retournée. Celle de l'arroseur arrosé. Le moment de la revanche de Yann et d'Anne Destein arrive...enfin.


φct

astroemail 06/16 et 07/2017






- L'INAD prospère depuis 30 ans sur l'exploitation financière d'un conflit d'intérêt. On ne peut prétendre, en même temps, défendre les pratiques divinatoires, et trier les bons des mauvais prestataires, puisque ces pratiques constituent toutes, sans distinction, dès lors qu'il y a de l'argent rétribuant l'exercice du don de présager depuis le 2 juin 1843 le délit d'escroquerie à la divination de jurisprudence constante.


Astroemail a constitué une jurisprudence d'environ 500 références, relatives aux pratiques non sérieuses de la divination. Astroemail a publié un premier livre en 2015 se rapportant à quelques décisions importantes à connaître. A l'exception du cas limite David Mocq récent de juillet 2016, il n'existe pas de décisions dans lesquelles l'INAD soit intervenue pour défendre les pratiques divinatoires conformement à son objet. L'illusion est totale y compris dans le cas David Mocq, tant pour le référé Google du 23 juin 2017, que pour la plainte de juillet 2016.


-Le biais du cadrage dans cette affaire a pour nom Guide de la Voyance peu importe le nom de l'éditeur

-L'effet de halo concerne les propos illusoires sur le prétendu métier des activités non sérieuses, sa morale, et sa déontologie pour retardés mentaux

-L'illusion de compréhension concerne le récit causal destiné à façonner la compréhension d'une histoire faussée comme par exemple l'affirmation selon laquelle l'inad s'active dans la défense du consommateur de voyance. Forme modernisée de son discours initial de 1987  dit alors "les voyants que l'on peut ne pas consulter". L'illusion du tri parce qu'une organisation s'est donnée pour mission de trier les bons des mauvais pour informer sur les pratiques. Alors qu'elle n'en a ni le droit légal, ni non plus le pouvoir de le faire.





®

"diffusion en matière juridique de renseignements et informations à caractère documentaire

en application de l'article 66-1 de la loi du 31/12/1971 reproduction interdite"

Une - Actualités-Editeur -AstroDiko - Astrosofie - Blog -Culture - Magazine - Legalis - Mystifications - Société


            Médiation Extra Judiciaire  Droits intellectuels Engagement consommateur   Argumentaires

                         

                                       ©2017-2003 Tous Droits Réservés www.astroemail.com  ISSN 2267-2702