ASTROEMAIL
informations juridiques de la consommation de crédulité

l'argent sale de la fausse voyance












Signalement à propos des mentions des baise fric de la fausse voyance




Une Constante le grisbi,


DÉCODEZ LES CARTOUCHES

Les SVA ou service à valeur ajoutée caractérisent les numéros surtaxés, autrefois (années 1985) majoritairement appelés services audiotel de France Télécom.


Usage d'un numéro attribué permettant d'appeler et de recevoir des messages. Un contrat à durée indéterminée, d'une durée minimale d'un an, accompagnait l'abonnement à ce numéro, payant pour son propriétaire. Aujourd'hui aussi l'abonnement à un audiotel reste payant pour celui qui l'utilise pour ses activités de fausse voyance. C'est d'ailleurs à propos du prix qu'il faut distinguer les vrais exploitants audiotels des faux, comme par exemple le faux voyant non sérieux Rambert ou encore la fausse voyante non sérieuses Judith FRICOT.


La distinction se fait de deux manières, à l'usage, mais c'est onéreux un test coûte entre 2 et 10 euros. Ou au système de vérification. Il existe en effet un service internet sva.org, sur lequel les informations relatives aux opérateur sont répertoriées gratuitement. Une fois le nom de l'opérateur récupéré, il suffit de se rendre sur son site afin de prendre connaissance de ses prestations.


C'est ainsi qu'en composant sur sva.org l'un des numéro des standards téléphoniques de la fausse voyante non sérieuxe FRICOT ou du faux voyant non sérieux Rambert, vous apprenez que leur opérateur se nomme la Sté HIPAY à Paris 12e. Sur le site d'HIPAY vous lisez que cette société propose des services de micro paiement. Il est ainsi expliqué que pour accéder à l'un des baise fric audiotel proposé par HIPAY il faut obtenir un code d'accès. Le prix de ce code d'accès coûte au minimum 2 euros car pour le donner HIPAY fait payer sa prestation.Si vous perdez le code, ou le notez mal, vous êtes contraint de recomposer le numéro spécial d'Hipay, et c'est autant de fois 2 euros minimum que vous payez. Alors que la loi oblige la fausse voyante non sérieuse FRICOT, comme le faux voyant non sérieux Rambert, à informer le consommateur du prix de ce coût d'acheminement, l'un et l'autre s'en gardent bien. Ainsi l'enchérissement du prix est caché. C'est un délit de la consommation sanctionné par une amende de 3 000 euros. Texte non appliqué, raison pour laquelle l'information passe à la trappe.


Pourquoi cette parenthèse? Afin d'indiquer qu'en matière d'audiotel il existe deux sortes de proposition. Les éditeurs normaux, en état de payer un instrument convenable. Et les petits escrocs. Lesquels faute d'avoir les moyens financiers, ou les ayant, préfèrent tromper le consommateur en utilisant des baise fric ressemblant à des baise fric encore plus baise fric que les vrais. Ainsi faire croire au public que l'on est un gros éditeur de SVA en se servant du micro paiement, revient à payer à HIPAY une somme forfaitaire pour l'attribution d'un numéro téléphonique renvoyant vers un centre d'appel, afin de se faire payer sur le trafic suscité, en encaissant les reversements.


En effet, un numéro audiotel comporte la signature d'un contrat d'encaissement de sommes d'argent, celui des trafics suscités, ainsi que de reversement d'un %centage de ces sommes au détenteur du numéro attribué. Ainsi HIPAY se paie deux foix. La première fois en facturant le code d'accès au centre d'appel, puis la seconde foix sur le trafic global en prélevant l'équivalent de 50%.

Les audiotels sur les paliers surtaxés comportent des tarifs


Paliers surtaxés, prix utilisateur et reversement pratiqués.


La tarification comporte deux données :

- ppm ou prix par minute. Le palier du 0,40€ ttc/minute donne lieu à un reversement de 0,19€ ttc/minute, la différence 0,11€ ttc/minute remunére l'opérateur.

- ppa ou prix par appel, somme prélevée au décroché de la ligne en plus du prix à la durée par minute.


Les faux voyants ont pris la mauvaise habitude d'utiliser des cartouches de ce type :

dans lequel le prix de l'appel n'est pas mentionné. Cette signalétique n'est valable que lorsque le prix est banalisé, c'est à dire non surtaxé. Or en palier au dessus des gratuits 0800 à 08005 l'appel est surtaxé.Les faux voyants n'indiquent nulle part ce prix. Pour la raison que le client lit mal sa facture téléphonique, et que la somme prise, même pour 10 euros de trop ne donne jamais lieu à procédure. ce qui est pris est pris.Le client ne reviendra peut-être pas. Un autre de toute façon le remplacera.


Il est difficile de connaître le prix exact sauf à mettre un des services de contrôle de Que Choisir sur une ligne pour la contrôler.


Ayant relevé que le faux voyant non sérieux Rambert trichait sur les prix Astroemail publiait un article le 16/10/2016 susceptible d'intéresser l'UFC sur cette pratique déloyale. Afin de parer le coup le faux voyant non sérieux Rambert engageait deux référés sur cet article en reconnaissant l'existence d'un prix d'appel, sans indiquer son montant. Puis en affirmant que ce prix bénéficiait aux opérateurs et pas à lui. Sur ce point l'ARCEP démentait. La fonction n'existe pas dans les contrats type. Le faux voyant non sérieux Rambert avait la charge de la preuve de ses dires....il se dégonflait en se désistant.


Le dossier passe désormais à une association de consommateurs.


En votre qualité de consommateur des produits de crédulité retenez que les SVA audiotels ont une fonction exclusive de BAISE FRIC. Vous payez à l'appel, vous payer à la minute, un MAUVAIS SERVICE INUTILE.


Des opérateurs faux voyants non sérieux utilisent AUSSI des audiotels comme ligne téléphonique ordinaire.


Il reste enfin une nouvelle donnée à connaître. Depuis le 07/10/2016 la loi oblige les faux voyants utilisant une ligne audiotel à informer le public de la somme leur revenant au titre du reversement. Ainsi que du lien contractuel existant entre les intervenants sur la ligne audiotel, et le consommateur. Car les faux voyants utilisant des SVA de type BAISE FRIC ont la qualité de plateforme. Il sera simple aux poids lourds de la catégorie COSMOSPACE, KANG, WENGO de préciser ces données dans leur CGU. Mais pas la fausse voyante non sérieuse FRICOT, ni non plus le faux voyant non sérieux RAMBERT, pour lesquels les baise fric servent de système de récupération d'argent facile en trompant le consommateur.L'UFC a matière pour rédiger un article sur l'argent sale de la fausse voyance.

     

φclaude thebault© 10/11/2017








Reproduction interdite Dépôt légal numérique BNF 11/2017 Numérisé par Astroemail








®

"diffusion en matière juridique de renseignements et informations à caractère documentaire

en application de l'article 66-1 de la loi du 31/12/1971 reproduction interdite"

Une - Actualités-Editeur -AstroDiko - Astrosofie - Blog -Culture - Magazine - Legalis - Mystifications - Société


            Médiation Extra Judiciaire  Droits intellectuels Engagement consommateur   Argumentaires

                         

                                       ©2017-2003 Tous Droits Réservés www.astroemail.com  ISSN 2267-2702