le bottin de la Crème une escroquerie venue de New York USA












ESTELLE DES ENCLOS : ON LUI DONNERAIT LE BON DIEU SANS CONFESSION...

Une exploiteuse de la crédulité, endurcie dans les prestations trompeuses depuis plus de 20 ans, donne des leçons d'éconduite pour instaurer un nouvel ordre des pratiques déloyales. L'amoralité selon son code. Avis d'une spécialiste du genre, au physique épanoui, nourrie par des années de déloyauté...




 

Des accusations d’affairisme dans la voyance étaient proférées par écrit le 18 juin 2016 sur un site américain-écrivant exclusivement en français- situation suffisamment rare pour être relevée. AMERICANFEDERATIONOFCERTIFIEDPSYCHICSANDMEDIUMS.ORG. Vous êtes arrivé(e) au bout? Rassurez-vous cette url a son acronyme AMCPM.ORG. Vous remarquerez qu'il manque une lettre le F. Une fédération que de nom afin de bluffer le crédule. Comme la FDAF d'Alain de Chivré en France. Sa version made in USA. On appelle cela un remake! Selon ce que des sources américaines indiquent. Ce sont des petits Mickeys. Au pays de l'Oncle Sam cela ne surprend plus.


Au nombre de ces accusatrices on trouve Mme Estelle des Enclos. Un pseudonyme. La remarque est elle aussi d’importance. Vous en découvrirez plus loin la raison.


Cette accusatrice présentait ses arguments au nom de la morale, de l’éthique, sans être en toc, et de la déontologie. La sienne affirme-t-elle. Son code de l'amoralité. Avant de présenter la règle rigide de son étiquette, Madame Estelle des Enclos tenait à rendre un vibrant hommage à la morale de l’éditeur américain auteur du guide des ampoules 2016 des galeries La Fayette incorporated of course de cheval. En latin cela se traduit par le distique asinas asinum fricat. L'âne frotte l'âne. En ces termes : Une information sur l'éthique éditoriale de l'éditeur parle d'elle même, et par son contenu ne peut que faire taire les âmes mal-pensantes qui jettent le discrédit sur ces publications et par delà même sur les compétences des professionnels mis en avant pas ces publications américaines ce qui est déplorable.


Et de rappeler : Aucun voyant, médium, praticien d'un art divinatoire quelconque, propriétaire ou éditeur d'annuaires commerciaux de voyants et/ou de guides en ligne ou sur d'autres supports n'a de lien avec le vote de New York ni avec la production, la publication, l'écriture, l'édition et la distribution de ce guide.


Le doute n’est plus permis, Madame des Enclos assistait à cette manifestation votatoire. Certainement même tenait-elle la chandelle en participant au dépouillement des bulletins. Afin d'éclairer, de sa bougie, le décompte obscur des suffrages. Nuls, Blancs, exprimés...Imaginez il lui fallait un cierge car la consultation concernait 2000 candidats. Quid du bourrage des urnes? Bien sûr nul PV de régularité n'est encore déposé auprès des autorités. Cela fait déjà plusieurs mois. Il en faudrait plus pour démonter l'aplomb d'Estelle des Enclos superviseuse en élections truquées et...imaginaires.


La réalité diffère de son affirmation. Car hélas elle procède uniquement par déclaration. De vote il n’y en eut aucun. Il sera temps, le moment venu, de faire quelques révélations en citant des sources.


Il importe pour le moment de montrer que "l’éditeur", encensé par Mme des Enclos de toutes les qualités honorables, contrevient à l’honnêteté et à la loi. Un gredin. Tout comme Mme des Enclos d’ailleurs, avec des faits matériels objectifs, sans interprétation.


Mme des Enclos pare l’américain, faisons simple, de multiples qualités vertueuses, édifiantes et exemplaires. Comme elle d’ailleurs. Qui est cet éditeur ? Le problème commence. Le catalogue des ampoules serait produit par 4, disons « géniteurs ». Le mot s’impose car dans l’ordre sont cités une maison de presse Times Square Press, personne morale commerciale de type société. Puis suivent deux titres de publication : Star Illustrated Magazine et American Psychic & Medium Magazine.  Deux supports s’unissent pour publier un troisième dans la même maison avouez que ce n’est pas banal. En France au sein de la FNPF, le syndicat patronal, et nos collègues professionnels américains font de même. Des supports n'éditent jamais un autre titre similaire, à raison des régles édictées par la loi de juillet 1881 sur la Presse. Comme disent les russes c’est un « blev ». Un gros mensonge. Un bobard. Un BLURG ou Baliverne Lamentable à l’Usage Réservé des Gogos. Puis vient ensuite un auteur, le mot est excessif, personne physique. Parce qu'il s'agit de co édition à plusieurs selon les normes internationales du droit de la propriété intellectuelle. Il y a un problème de copyright, que les co auteurs régleront certainement un jour devant les tribunaux, lorsqu'ils auront prit conscience d'avoir été roulés dans la farine.


Ce Guide possède une paternité invraisemblable pour un homme de presse.

Il y a eu de multiples dons de sperme, de donneurs différents, pour cette fiv.


Une fois éliminé la maison de presse, et ses 2 publications alibi, nous nous retrouvons avec un individu s’affirmant guru d’une structure dénommée :

 AMERICANFEDERATIONOFCERTIFIEDPSYCHICSANDMEDIUMS.ORG

Ainsi qu’en sigle : AMCPM.ORG

A ne pas confondre avec son homologue monégasque : AMPCM.ORG organisateur de salons.


Pour quelle raison devons nous nous intéresser aux domaines ?

Madame des Enclos déclare que l’éditeur du Guide des Ampoules est nickel chrome. On ne peut le prendre en défaut. Cet homme serait la probité incarnée sur terre. On devrait d’ailleurs le nommer moral, conscience, principe, respect de la loi.Pour ce motif elle s'exprime sur son site en donnant sa première leçon d'inconduite de la déclaration universelle de la voyance.


On découvre que son site ne comporte pas de directeur de publication. Nulle mention légale. Ce n’est plus de l’éthique c’est de l’étoc. Dans un site internet c’est O-B-L-I-G-A-T-O-I-R-E. Même aux USA. D’ailleurs Madame des Enclos sur son site n’en n’a pas non plus. Pour elle c’est encore plus grave, car elle est en France. Et que dans son cas le délit d’anonymat coûte 75 000 euros d’amende et 1 an de prison en application de l’article 6 de la LCEN. Personne ne l’a encore dénoncée.Quelle chanceuse...Qu'elle en profite cela ne saurait durer aussi longtemps que les foires de Lencloitre en Poitou, lesquelles datent d'une ordonnance de Louis XIII de 1637.


On est amené à se dire Estelle des Enclos et AMCPM kif kif bourricot. Qui se ressemble s’assemble. Pas de directeur de publication chez l’un. Pas de directeur chez l’autre. Poussons l’investigation plus en avant et consultons le registre du whois.

Le site écrit en toutes lettres est anonyme. Enregistré par le registrar Fastdomain dans l’Utah

 

Registrant Organization: fastdomain.com

Registrant Street: 550 E TIMPANOGOS PKWY

Registrant City: Orem

Registrant State/Province: Utah


Sans nom de responsable.


Que peuvent faire les personnes maltraitées sur les pages de ce site lorsqu’elles veulent faire valoir leur Droit de Réponse ? Qu’elles s’adressent à Mme Estelle des Enclos laquelle cautionne tout cela au nom de la clarté de ses choix : « J'ai toujours été claire et dans mes actes et dans mes choix n'en déplaise à beaucoup ! » Mme des Enclos devrait se prénommer Claire comme dans la publicité de Cosmospace.


Mme des Enclos semble détenir des actions dans la moralité de l’auteur du Guide, au point de cautionner  son incognito.


Intéressons nous, alors, à la probité -douteuse- d’Estelle des Enclos. Son whois est déclaré sous un pseudonyme elle le reconnait sur son site. Sans toutefois donner les renseignements nécessaires au consommateur. Mme des Enclos déclare avoir un « esprit de déontologie ». Il manque singulièrement de sainteté. Car elle «délinque» délictueusement et de plusieurs façons. En effet, le code de la consommation fait obligation au 4° de L.111-1 de donner au consommateur, au titre des informations précontractuelles obligatoires tout un ensemble de données absentes du site estelle-des-enclos.com telles  que :

4° Les informations relatives à son identité, à ses coordonnées postales, téléphoniques et électroniques et à ses activités, pour autant qu'elles ne ressortent pas du contexte, ainsi que, s'il y a lieu, celles relatives aux garanties légales, aux fonctionnalités du contenu numérique et, le cas échéant, à son interopérabilité, à l'existence et aux modalités de mise en oeuvre des garanties et aux autres conditions contractuelles. La liste et le contenu précis de ces informations sont fixés par décret en Conseil d'Etat.


Ce décret précisant :

Pour l'application du 4° de l'article L. 111-1, le professionnel communique au consommateur les informations suivantes :

a) Son nom ou sa dénomination sociale, l'adresse géographique de son établissement et, si elle est différente, celle du siège social, son numéro de téléphone et son adresse électronique ;

b) Les modalités de paiement, de livraison et d'exécution du contrat ainsi que les modalités prévues par le professionnel pour le traitement des réclamations ;

c) S'il y a lieu, l'existence et les modalités d'exercice de la garantie légale de conformité mentionnée aux articles L. 211-4 à L. 211-13 du présent code et de celle des défauts de la chose vendue dans les conditions prévues aux articles 1641 à 1648 et 2232du code civil ainsi que, le cas échéant, de la garantie commerciale et du service après-vente au sens respectivement des articles L. 211-15 et L. 211-19 du présent code ;

d) S'il y a lieu, la durée du contrat ou, s'il s'agit d'un contrat à durée indéterminée ou à tacite reconduction, les conditions de sa résiliation ;

e) S'il y a lieu, toute interopérabilité pertinente du contenu numérique avec certains matériels ou logiciels dont le professionnel a ou devrait raisonnablement avoir connaissance ainsi que les fonctionnalités du contenu numérique, y compris les mesures de protection technique applicables.


Rien de tout cela ne se trouve sur son site, ni non plus les obligations indiquées à R.111-2 dont son numéro de tva , ses immatriculations, ainsi que :

L'éventuelle garantie financière ou assurance de responsabilité professionnelle souscrite par lui, les coordonnées de l'assureur ou du garant ainsi que la couverture géographique du contrat ou de l'engagement.


Aldovoyance fait l'objet d'une enquête pour ce motif de la part de la Préfecture du Finistère, depuis la fin du mois de mai 2016. Ainsi que de la Directe de l'Eure. Nous en ayant informé. Mme des Enclos devrait fissa se mettre d'équerre sinon ses fesses pourraient rapidement chauffer. Il existe sur le terrain désormais suffisament de chasseurs de voyants attirés par les primes. Sa tête, comme dans la série mythique Au Nom de la Loi se retrouvera sur un avis de recherches. Josh Randall Stève Mac Queen reprendra du service en pistant de nouveau les crapules à la trace, avec sa fameuse winchester à canon scié.


Madame des Enclos écrit sur son site ainsi que sur celui des américains : «ayant à coeur de défendre l'éthique de ma profession».De profession, elle n’en a aucune. Un abus de mot. Son activité étant prohibée par la loi puisqu’elle se prétend guérisseuse, cela se nomme exercice illégal de la médecine.


Faisons rapidement les comptes :

.Délit d’anonymat 75 000  euros et 1 an de prison –article 6 de la LCEN-

.Délit de L.111-1 : 3000 euros+75 000 euros

.Délit du 16° de L.121-1-1 santé : 300 000 euros d’amende et 2 ans de prison

.Délit d’exercice illégal de la médecine R.4161-1 csp : 30 000 euros d’amende et 2 ans prison

+313-1 cp : 375 000 euros d’amende et 5 ans de prison


Un joli cumul d'infractions de nature à réjouir un magistrat qualifié pour les instruire et additionner en retenant les sanctions les plus élevées.


Cette femme, en situation de délinquance présumée, se permet le toupet de donner des leçons de probité aux autres. Elle ose parler «de sa réputation professionnelle» alors qu’elle est endurcie dans la voie des infractions. Elle évoque ses références ! Son sérieux, son Livre d’Or en s’enorgueillant de n’avoir eu encore à ce jour aucun procès. La situation va changer Madame. Les déboires arrivent rapidement. Dans votre situation trop d'exposition médiatique nuit. Vous devriez le savoir. Il faut si peu de choses pour qu’un équilibre fragile bascule irrémédiablement. On lui donnerait le bon dieu sans confession, à la mère Estelle...


φct

astroemail 06/16










"diffusion en matière juridique de renseignements et informations à caractère documentaire

en application de l'article 66-1 de la loi du 31/12/1971 reproduction interdite"

Une - Actualités-Editeur -AstroDiko - Astrosofie - Blog -Culture - Magazine - Legalis - Mystifications - Société


                                                  Engagement consommateur   droits intellectuels

                         

                                       ©2017-2003 Tous Droits Réservés www.astroemail.com  ISSN 2267-2702