les définitions du mot charlatan et ses emplois





Abstract de l'édition pdf d'Astrodiko avec illustrations



Le mot charlatan est absent du Robert des Expressions, du Larousse des Expressions, ainsi que du Bouquet des Expressions de Robert Laffont.


Le synonyme le plus proche est imposteur car l'origine de charlatan est ancienne alors que son emploi est d'un usage courant du langage populaire. On trouve ainsi "espèce de charlatan" désignant des catégories d'imposteurs.


Charlatan comporte deux sens immédiats.


1-Le premier s'attache à ses origines en se rapportant à l'activité de camelot. On trouve dans le Bouquet l'expression "être comme un vieux camelot" c'est à dire avoir pris le pli des mauvaises habitudes.


Le Dictionnaire de la Jurisprudence de la Médecine de Jean Verdier donne l'origine étymologique du mot charlatan. Elle vient d'une expression latine "circum foranei" désignant les forains circulants présent dans chaque foire ou marché, ayant pour activité de vendre des antidotes, des produits, des solutions ainsi que des remèdes miracles. L'image moderne du charlatan se trouve dans les légendes de la conquête de l'ouest américain au XIXe siècle, sous la forme des marchants de potions ayant pour effet de guérir toutes les maladies. On en trouve le dessin caricatural dans les albums de BD de Lucky Luke le cow boy. Celui d'un homme habillé en costume, rond d'apparence physique, avec un chapeau sur la tête. Une fois le marché terminé on le retrouve nu habillé d'un tonneau, couvert de plumes de poule, poisseux car roulé dans le goudron par ses clients abusés, monté à l'envers sur un cheval.


L'image du camelot se rapportait à un fait social authentique de la vie quotidienne de l'Ancien Régime, avant la révolution Française, celle du marchant d'Orviétan. L'orviétan désignant la potion miracle vendue dans les foires et marchés pour guérir tous les maux.


Jean Verdier rapporte que la tradition du camelot sanctionné, reproduite dans les albums des BD de Lucky Luke, remonte aux années 1200. Elle se rapporte à une pratique développée à Montpellier, rapportée par la faculté de la médecine de la ville. Les vendeurs de drogues pris sur le fait étaient trainés en ville sur un âne, monté à l'envers. Afin de recevoir au visage les ordures que la population lui jetait avant de l'expulser de la communauté en dehors de la ville.


Le premier sens de charlatan a donc un sens spécifiquement médical. Il l'a conservé puisque le mot caractérise un délit du code de la santé publique -article R 4127-39- selon lequel toute pratique de charlatanerie est interdite. Caractérisant aussi l'article 39 du Code d'Ethique de la Médecine. Ainsi que le code d'éthique international de la médecine mondiale, serment de Genève.


2- Le second sens dérive de l'origine du mot charlatan en se rapportant aux tromperies sans qu'elles soient cette fois nécessairement médicales. Le code pénal ne se rapporte à aucune incrimination spécifique pour ce mot, car son sens couvre les tromperies au sens du code de la consommation de L.120-1 et suivant, les manoeuvres frauduleuses de 313-1, le proxénétisme du 8° de 225-7, et les faux de 441-1. Il convient donc à chaque fois de préciser la circonstance à raison du caractère générique du mot charlatan.


Une dernière application du mot s'impose à raison du caractère cosmopolite des moyens de communication électronique de l'internet. Le mot charlatan s'apprécie, aussi, en fonction des cultures, et des pays, dans lesquels il est employé.


Un cas concret à comprendre est celui du voyant David Mocq en 2016, et de ses démélés avec une feuille de choux-au sens strict de ce mot- de l'Etat de New York. Plus exactement avec un affairiste de cette ville.


L'affairiste traita Monsieur David Mocq de charlatan en le publiant sur une feuille vendue à la pièce sur les sites ayant un rayon ésotérisme paranormal tels que lulu.com et amazone.

Vu de Paris, Monsieur David Mocq engagea des actions, mal conseillé par l'inad.

Vu de New York l'imputation n'est pas poursuivable. Pourquoi?


A Paris Monsieur David Mocq défend sa réputation. Toutefois au premier sens du mot, médical, son action s'avère dépourvue de pertinence étant donné qu'il ne propose aucune prestation de soins. Au second sens, celui des tromperies, la position de Monsieur David MOCQ est fragile. Au motif qu'il pratique les arts divinatoires. Lesquels caractérisent une présompation simple d'activité d'escroquerie par habitude au sens de la jurisprudence pénale. A laquelle s'ajoute la jurisprudence du code civil. Deux handicaps importants à surmonter.


L'action de Monsieur David MOCQ serait meilleure sur un autre fondement que celui sur lequel il lui a été conseillé d'agir.


Vu de New York, l'affairiste ne peut rien se voir reprocher. En effet, la loi locale de New York, sur les imputations relatives à la notoriété, dérive de la loi fédérale. Son fondement est simple. Le même que l'article 441-1 du code pénal français relatif au faux et à son usage. La voyance n'étant pas une faculté humaine, l'affairiste américain pourra facilement, et sans effort, prouver que dépourvu de don oraculaire, Monsieur David Mocq est la personne qu'il a qualifiée dans sa feuille.


Dernier détail, ayant une importance capitale. La loi de l'Etat de New York, notamment le 8° de l'article 302 des pratiques et des lois, interdit l'exécution des jugements étrangers, contre les citoyens de l'Etat, lorsque lorsque la loi appliquée, par la juridiction étrangère, comporte une moindre protection de la liberté d'expression, et de la presse, que celle du 1er amendement de la constitution fédérale des Etats Unis. Dont le caractère est sans limitation absolue.


En clair Monsieur David Mocq, s'il obtient satisfaction d'une instance parisienne, ne pourra la faire exécuter à New York. La liberté d'expression en France est limitée, ainsi que sa définition au sens de l'article 9 de la CEDH -convention européenne des droits de l'homme-. Faute d'avoir agi, sur une autre incrimination, avec laquelle il conservait toutes ses chances de succès, Monsieur David MOCQ s'est réservé des déconvenues en défendant sa cote d'estime et le TEG de son crédit.


"La bêtise est un placement de père de famille" réplique de Jean Gabin sur un script d'Audiard.


Charlatan renvoie à réputation. Les voyants instrumentalisent les procédures relatives à cette matière à raison de leur usage maladroit de la publicité. Ils font assaut de réputation au moindre accroc, sans réfléchir.  


Ils devraient consulter un bon réputologue avant d'agir inconsidèrement. A défaut, un notoriologue. En se faisant rembourser la consultation par la Sécu, en fonction de la nomenclature des actes.


01-2017








(c) reproduction et représentation interdites sans accord préalable, autorisation, et paiement des droits DR

®

"diffusion en matière juridique de renseignements et informations à caractère documentaire

en application de l'article 66-1 de la loi du 31/12/1971 reproduction interdite"

Une - Actualités-Editeur -AstroDiko - Astrosofie - Blog -Culture - Magazine - Legalis - Mystifications - Société


            Médiation Extra Judiciaire  Droits intellectuels Engagement consommateur   Argumentaires

                         

                                       ©2017-2003 Tous Droits Réservés www.astroemail.com  ISSN 2267-2702