CONCENTRATIONS PLANÉTAIRES

indices de concentration


Lire aussi : hoax des indices de concentrations planétaires








Une concentration planétaire, au sens de l'astrologie, correspond à une aberration visuelle induite par le mode de réprésentation employé (la Roue de Pythagore). Consistant à regrouper, sous forme de points, deux ou plusieurs planètes sur une même, ou plusieurs longitudes voisines, en tas, en pustules, en amoncellement. Certains emploient aussi le terme de "doriphories" s'agissant de points les uns sur les autres, ou en tas. Une insectisation planétaire par graphique.


Dans le cas de l'astrologie ces concentrations correspondent à des mirages, car les données longitudinales utilisées sont erronées, et trompeuses. Les planètes ne SONT PAS aux positions où les astrologues les représentent.


Il convient, dans chaque cas, de rechercher la précision orbitale, réelle, et effective, notamment en consultant les éphémérides sidérales de l'Imcce, Observatoire de Paris, à l'adresse www.imcce.fr, ou celles de la Nasa en libre accès.


Cette vérification est gratuite. Au besoin laissez un message par email à l'astronome en lui demandant de vous communiquer les données longitudinales effectives (scientifiques). Car le site de l'Imcce donne généralement une information destinée au public, de nature géocentrique, non scientifique, et non orbitale.


La notion de concentration planétaire, et par voie de conséquence d'alignement, est apparue pour la première fois dans la littérature, astrologique, avec l'évocation au IXe siècle, par l'arabe Albumazar, dans son Traité de la Grande Conjonction, de l'alignement en rangée, des 7 planètes connues à son époque, "au début du monde".


Une hypothèse théorique consistant à penser que l'univers, et notamment le système solaire, débuta avec toutes les planètes en file indienne sur une même ligne. Un concept illusoire qui ne s'est jamais concrétisé, en observant les différences de mouvements des planètes les unes par rapport aux autres.


Sur 4750 ans, de -2000 à +2750 on dénombre 9 concentrations planétaires réelles, sur un écart de +5°. Cela signifie que si l'on trace une ligne droite partant du Soleil, d'une largeur de 5 longitudes, correspondant au point de la valeur orbitale de chaque planète, on observe un alignement, de quelques unes, d'entre elles, seulement, à ces 9 dates.


Pour qu'il y ait concentration, il est nécessaire que la formation obéisse à l'une des deux régles suivantes

1) soit à partir de la terre, dans la séquence T>S>M>V>M>J>S>U>N>P

2) soit à partir du soleil selon la séquence S>T


Il est nécessaire, dans tous les cas, que la terre figure dans l'alignement, du même coté du Soleil, où se produit la concentration.


Une configuration de type Soleil puis Mars>Jupiter>Saturne ne constitue pas une concentration. Il s'agit de la formation à la même date de 3 mouvements synodiques différents.


Les concentrations ne comprennent pas NON PLUS la lune. Laquelle est le satellite de la Terre, et se trouve sur des longitudes sélénographiques différentes des longitudes orbitales, et sidérales des autres planètes. La Lune n'a aucune course interplanétaire.


Chaque fois qu'un astrologue tire argument d'une concentration planétaire, demandez lui où se situe la Terre. S'il est dans l'incapacité matérielle de vous donner sa position en longitude, et en latitude, à la date considérée, c'est qu'il n'y a PAS de concentration.


La date de la prochaine concentration est celle du 8 septembre 2040.

 



alignement du 17 septembre 1186 -reproduction interdite DR astroemail 2012-


La Littérature spécialisée, de la base des Jésuites, possède une relation sur l'alignement du 17 septembre 1186 :


Caluisius raconte qu'en l'année 1186 il arriva une conjonction générale de toutes les planètes le seizième de septembre à la première heure du jour. Tous les astrologues se mirent là dessus en campagne, & prédirent diverses choses, chacun selon sa fantaisie. Les uns pronostiquèrent des tempêtes épouvantables. Les autres qu'il viendrait au monde un homme plein de sagesse, qui réformerait les erreurs. Il y en eut qui dirent qu'un  vaillant Capitaine sortirait d'Elam, pour faire sur la terre d'horribles carnages. Ne craignez rien ce sont des astrologues qui parlent à perte de vue, et qui ont le cerveau mal disposé.


Cette année là arriva, & fut fort calme, & l'on ne vit aucun effet de toutes ces prédictions. Rapporté par jdb en 1659 -reproduction interdite-DR



Reprenant la tradition des astrologues du XIIe siècle, André Barbault imagina la théorie dite de l'indice de concentration planétaire. Consistant à calculer les distance longitudinales, entre planètes, des écarts d'espace, pas des distances, afin d'en déduire leur concentration sur tel ou tel secteur du système solaire. JP Nicola en fit autant, ce qui prouve qu'il n'est pas scientifique, ainsi qu'il le prétend.


Son propos est similaire à celui des astrologues de 1186. Une concentration planétaire est synonyme de bouleversements : sociaux, politiques, économiques, militaires (guerres) etc... C'est ainsi qu'en fonction de cette théorie, André Barbault pronostiquait l'éclatement d'une 3e guerre mondiale au cours des années 1980. Car, selon ses calculs l'indice de concentration planétaire, ou d'alignement, était "bas".


Au cours des années 1980 aucune 3e guerre mondiale n'eut lieu.


D'ailleurs, les distances interplanétaires se calculent en unités astronomiques, et non en longitudes de Roue de Pythagore. Ce qui montre qu'André Barbault ignore les bases de l'astronomie. Cette lacune, n'a ,selon, lui aucune importance car il travaille sur un graphique où les distances réelles n'EXISTENT PAS.


Enfin, il faut signaler qu'aucune concentration planétaire, ni même alignement n'était prévue au XXe siècle. Le dernier événement date, précisèment, de 1186.


La peur des astrologues, en cas de concentrations, se résume au fait que toutes les planètes s'attirent les uns les autres, et si elles se retrouvent toutes d'un même coté, il y a non seulement un "déséquilibre" mais aussi les forces planétaires se combinent entre elles provoquant, selon eux, des catastrophes en chaînes.


C'est oublier, et notamment ignorer, que la force d'attraction entre deux planètes est inversement proportionnelle au carré de leurs distances. Autrement dit, plus les planètes sont éloignées, moins cette force est grande, et cette diminution est exponentielle.


Deux fois plus éloignées = 4 fois moins d'attraction.

Trois fois plus éloignées =  9 fois moins d'attraction

Quatre fois plus éloignées = 16 fois moins d'attraction

Cinq fois plus éloignées = 25 fois moins d'attraction

Six fois plus éloignées = 36 fois moins d'attraction


André Barbault ignore non seulement que les planètes sont espacées en distances (système découvert vers - 600 par le philosophe Anaximandre de Milet, théoricien du géocentrisme) d'unités astronomiques. Mais en plus, il ne connait pas Newton.



ct

03/2015


Le philosophe sceptique Timon de Phlionte préconisait :

« il faut s’attaquer à 3 points. Quelle est la nature des choses ? Quelles dispositions nous devons entretenir à leur égard ? Quel gain à agir ainsi ? Disons à propos de chaque chose en particulier pas plus qu’elle est ou qu’elle n’est pas, ou qu’elle est et n’est pas, ou que ni elle n’est ou ni elle n’est pas. »

Ce qui est, pas plus, pas moins. 



Lire aussi :







(c) reproduction sur d'autres sites interdite sans accord préalable ou autorisation DR

"diffusion en matière juridique de renseignements et informations à caractère documentaire

en application de l'article 66-1 de la loi du 31/12/1971 reproduction interdite"

Une - Actualités-Editeur -AstroDiko - Astrosofie - Blog -Culture - Magazine - Legalis - Mystifications - Société


            Médiation Extra Judiciaire  Droits intellectuels Engagement consommateur   Argumentaires

                         

                                       ©2017-2003 Tous Droits Réservés www.astroemail.com  ISSN 2267-2702