CONJONCTION

conjonction-cazimi-lexique











Affectueuses et délicates obsessions

image définitionnelle décente de la conjonction


L’origine définitionnelle de ce mot est sexuelle, sans  nécessairement détailler davantage la position. Tout comme le sens initial du mot Harmonie[1].


En astronomie, l’Observatoire de Paris donne une explication fondée sur l’égalité des coordonnées de deux corps, chacun sur leurs orbites. L’union intime, physique, étant matériellement impossible :


 "Phénomène dans lequel deux ou plusieurs corps célestes ont des longitudes célestes (voir Longitudes célestes) géocentriques ou des ascensions droites égales.


.Conjonction d´une planète supérieure avec le Soleil: les longitudes célestes géocentriques de la planète et du Soleil sont égales.


.Conjonction de Mercure ou Vénus avec le Soleil: les longitudes célestes géocentriques de la planète et du Soleil sont égales, la conjonction est dite supérieure ou inférieure suivant que le Soleil est entre la Terre et la planète ou que la planète est entre la Terre et le Soleil.


.Conjonction de deux planètes entre elles."


Le lecteur, dépourvu de schéma démonstratif, doit faire un effort d’imagination, pour se représenter, mentalement, à quoi correspond cette définition.


L’astrologie tire un parti considérable de cette, apparente, pauvreté définitionnelle, afin de compenser ses carences représentationnelles. Notamment, la dernière édition, du dictionnaire Larousse de l’astrologie, renvoie l’explication du mot conjonction à celle du mot aspect. La conjonction est un «aspect» au sens angulaire. On retrouve, presque, le rappel de la définition de l’Observatoire de Paris. Avec toutefois une différence de compréhension, et une auto limitation du sens chez les astrologues.


L’Observatoire de Paris évoque l’égalité de coordonnée de deux corps, sans la nombrer. Là où les astrologues lui attribuent (Larousse de l’astrologie) une valeur, en tout et pour tout comme définition, 0° avec une tolérance de formation en degrés.


Quelle en est la raison ?

La définition de l’Observatoire  de Paris  comporte deux approches : concave et convexe, là où l’astrologie de l’imaginaire n’en a qu’une, exclusivement concave.


L’Observatoire de Paris évoque d’abord le mode de formation (concavité) : «entre deux ou plusieurs corps». Sans les nombrer.


Pourquoi ?

Pour la raison que la conjonction correspond à une formation d’alignement (ouverture à la convexité de la notion). L’Observatoire de Paris pose une seule condition angulaire, ouverte, l’égalité des coordonnées, là où l’astrologie borne, par ignorance, à 0°, la notion conjonctive à une appréciation concave unique.


La convexité de la conjonction tient au fait qu’elle se forme, aussi, sur d’autres angles que 0°. Notamment sur 180°. L’astrologie est une astronomie dégénérée réductrice, intellectuellement inintelligente et obtuse, se bornant à 0°.


Trois, ou plusieurs corps, alignés sur 180° forment une conjonction. Cela signifie que Plus n’est pas différent. De telles formations existent, notez par exemple l’alignement du 17 septembre 1186.


alignement du 17 septembre 1186 -reproduction interdite DR astroemail 2012-


Une rencontre phénoménalement importante dans le ciel. A cette époque les Croisés faisant le Jihad Chrétien contre les Musulmans, se disputaient le leadership de la représentativité en Palestine (Guy de Lusignan). Massacres des populations arabes, au nom de Jésus Christ, encouragés par le Pape de Rome. Croisade: la guerre sainte des chrétiens. Les musulmans ne cessent de le rappeler. Les Occidentaux de l'oublier. Étonnant discours d’une religion professant «tu ne tueras point», comme aujourd'hui les musulmans déclarent que Etat Islamique "ce n'est pas l'islam".1186 les chevaliers, de la Troisième Croisade, égorgeaient à l'épée pour imposer l'ordre chrétien, situation inverse de celle observée au début du XXIe siècle, avec le Jihad de l’Etat Islamique, sans que l’on observe en 2014 la même formation planétaire dans l’espace.


Que dira-t-on à propos du prochain alignement attendu le 08 septembre 2040 ?


L’astrologie compense l’extrême indigence de ses définitions, par une débauche imaginaire, dans laquelle elle manifeste l'expression de la bêtise.


Le Larousse de l’astrologie, page 45, énonce : conjonction aspect majeur 0°. Afin de pallier à ce simplisme sommaire, des initiatives sont apparues dans les années 1990, et à la fin du Xxe siècle, pour développer une théorie du crantage conjonctionnel. Une Belge, hors limite, exposa la notion d’approche conjonctionnelle au degré, puis à la minute, puis à la seconde. Appliquant les pratiques sado masochistes aux phénomènes planétaires, sur une ligne imaginaire, l’écliptique.


Depuis, les réseaux sociaux, prompts à suivre les idées psychopathes, expliquent sous le terme arabe de cazimi, la notion d’étouffement des rapports planétaires. Le garrot espagnol, pratique traditionnelle sous Franco, d'exécution publique des condamnés à mort, est désormais appliqué dans l'astronomie de l'imaginaire! Celle de la conjonction planétaire asphyxiante aux effets d'éblouissements magiques garantis.   


Alors que la définition claire, et simple, de l’Observatoire de Paris : « égalité de coordonnées » suffit, sans nécessiter de créer des Donjons d’astrologues dominatrices.


Cette maladie mentale, des délires «cazimiesques», pouvait être évitée par la publication des représentations géocentriques modernes des phénomènes observés.


Ainsi la conjonction supérieure Soleil Venus, en égalité de coordonnées, du 25 octobre 2014, dans le Vrai géocentrisme des astrologues de l’antiquité, notamment de Ptolémée se représente ainsi.


représentation en mode de vrai géocentrisme astrologique de Ptolémée sur épicycles


Et en géocentrisme moderne ainsi.



Bien entendu faudrait-il encore que celles, et ceux, parlant d’astrologie, aient un minimum de connaissances, de bagage, et surtout d’honnêteté intellectuelle, pour rendre compte des événements, sans contaminer le public avec les obsessions mentales du serrage conjonctionnel entièrement FICTIF.  


En effet, les planètes ne peuvent s'étrangler les unes les autres lors des conjonctions pour la simple raison qu'elles sont espacées entre elles de plusieurs millions de km. Cela se sait depuis -650 avec Anaximandre avec des décomptes en stades, à cette époque. Platon, dans La République, (614 ab), plaçait une sirène différente de l'Acousma au sommet de chacun des huits cercles célestes planétaires. Les astronomes confirmèrent, ensuite, les espacements planétaires en distances, en les mesurant. Il n'y a que les astrologues du XXe siècle à reculer, intellectuellement, au niveau grossier, inférieur aux connaissances de -650, pour professer qu'en application d'une dégénérescence de leur géocentrisme, toutes les planètes naviguent sur la même orbite. Considérable médiocrité du recrutement des astrologues modernes dont le niveau de connaissances est tragiquement insignifiant. Les astrologues du cazimi de l'étouffement régressent, et s'abatardissent, avec cette pratique.


 Il y a plus d’événements ordinaires que d’événement extrêmes. Fragiliser le lecteur, par la peur, en appliquant des degrés extraordinaires à des phénomènes courants, cela fait vendre un temps des salades. Jusqu’à ce que le public, immunisé par les décharges cumulatives de bêtises, ne réagisse plus aux faibles écarts répétés de ces électro chocs imposés par des imbéciles.


Ce sont dans ces conditions que l’astrologie perdit progressivement de sa crédibilité !


claude thebault et gauthier de bruges

éditeurs associés d'astroemail

10/2014


Le philosophe sceptique Timon de Phlionte préconisait :

« il faut s’attaquer à 3 points. Quelle est la nature des choses ? Quelles dispositions nous devons entretenir à leur égard ? Quel gain à agir ainsi ? Disons à propos de chaque chose en particulier pas plus qu’elle est ou qu’elle n’est pas, ou qu’elle est et n’est pas, ou que ni elle n’est ou ni elle n’est pas. »

Ce qui est, pas plus, pas moins. 



[1] Jean Luc Périllié, docteur en philosophie  « Rationalité harmonique » origine pythagoricienne, 2012  







(c) reproduction sur d'autres sites interdite sans accord préalable ou autorisation DR

®

"diffusion en matière juridique de renseignements et informations à caractère documentaire

en application de l'article 66-1 de la loi du 31/12/1971 reproduction interdite"

Une - Actualités-Editeur -AstroDiko - Astrosofie - Blog -Culture - Magazine - Legalis - Mystifications - Société


            Médiation Extra Judiciaire  Droits intellectuels Engagement consommateur   Argumentaires

                         

                                       ©2017-2003 Tous Droits Réservés www.astroemail.com  ISSN 2267-2702