VETIUS VALENS (?-48)

Des études récentes (2011), consacrée à la vie et à la carrière du médecin de l’empereur Claude, Scribonius Largus, à travers l’étude de son traité de remèdes Compositiones Medicamentorum, notamment celle de Joanna Bouchez, après celle de Barry Baldwin en 1992, révèlent la triste fin de Vetius Valens, connu dans les milieux astrologiques comme l’initiateur du sidéralisme.


Il apparaît, ainsi que le rapporte son confrère médecin, Scribonnius Largus, que Vetius Valens fut exécuté, en 48, avec Messaline, sur ordre de l’empereur Claude.


De Valens on trouve peu de chose, y compris dans les bases astrologiques anglo saxonnes. L’essentiel se résume à deux lignes. On lui attribue comme dates de naissance et de mort 120 et 170, soit une durée de vie de 50 ans. L’an 48 et 50 ans, cela donne un premier rapprochement. Ensuite « on lui <attribue>" la rédaction d’un livre répertorié sous le nom d’Anthologie. Ouvrage faisant le point sur les pratiques astrologiques au second siècle.


Que signifie ce «on lui <attribue>» ? Tout simplement le motif qu’ ANTHOLOGIE comporterait une « carte », bizarrement publiée nulle part ,lorsque l’on fait des recherches, laquelle ferait état de la naissance de Vetius Valens le 8 février 120.


Nous avons l’édition (1905) de Kroll, publiée en grec, sur le texte original, à la Librairie du collège de Harvard, issue du fond Constantin, datée 30 juillet 1909, préface en latin,420 pages, laquelle ne comporte pas de carte de Vetius Valens. Cela pose un problème. Ce livre comporte en fin d’ouvrage quelques tableaux, et trois index, dont un de vocabulaire astrologique, et un de verbes astrologiques. Certainement intéressant à traduire.


  couverture du livre Anthologie                                                  Livre 5 d'Anthologie



 exemple de tableau du Livre 8                               Index 2 Vocabulaire Astrologique


On se retrouve, à nouveau, dans une situation déjà connue. Similaire à celle de Jean Baptiste Morin. A savoir l’attribution d’un livre posthume ASTROLOGIA GALLICA, avec la publication à l’intérieur de carrés de pythagore relatifs à une naissance de Morin le 22 février 1583. Or, après des recherches aux archives du Rhône, il apparait que Morin naquit à une autre date qu’en février 1583 se rapportant à son acte de baptême. Quand à l’astrologia gallica, en fonction des documents inventoriés, notamment le rapport de l’exécuteur testamentaire, Morin ne laissa pas de volontés posthumes, ni de manuscrit à publier. L’astrologia gallica est l’œuvre, commune, de ses héritiers testamentaires, afin de percevoir des droits d’auteur sur un livre posthume, pendant plusieurs années. On observait en effet, après novembre 1656, une réédition des anciens ouvrages de Morin, avec autorisation d’exploitation. L’Astrologia Gallica c’est de l’astrologie de baptême à l’eau bénite. Les astrologues ne font aucune recherche, ni étude, sur les documents <attribués> à leurs défunts. Il en résultait que la communauté astrologique prit l’année 1583 pour une vraie date. Y compris un professeur d’université, Monsieur Drevillon. Il se trouve même un éditeur français, spécialisé, Denis Labouré, pour affirmer à ses acheteurs que l’astrologie de Morin c’est «l’astrologie des rois». Lorsque l’on prend le public pour des imbéciles, ce genre de déclaration fait généralement mouche, pour faire ouvrir le porte monnaie et chauffer au rouge la carte de crédit.


L’astrologie de Morin n’est ni plus, ni moins, que de l’astrologie catholique. Le baptême étant la naissance dans la communauté de dieu. Les héritiers de Morin tranchèrent le débat sur la date de naissance, et celle de la conception, en retenant une troisième, non mentionnée, religieuse. Celle de la conversion. Même les rationalistes n’y avaient pas pensé.


Vétius Valens, et l’attribution posthume de l’ouvrage Anthologie, ressemble assez, au procédé appliqué, là encore à un autre astronome célèbre, celle de la Tetrabible présumée de Ptolémée.


Les recherches que nous avons menées, en publiant en 2012 un dossier sur les éclipses, à partir du tétrabiblon, montraient que les connaissances en la matière étaient celles du IX siècle des arabes, et non du 2ème des grecs égyptiens d’Alexandrie. Les arabes réécrivaient un texte grec ancien, en le modifiant vraisemblablement à partir d’une compilation d’Hephaistos de thèbes, et intoxiquèrent l’Europe avec un artefact de superstitions, jusqu’à ce jour.


Que nous apprend Scribonius Largus ? Que Vétius Valens était un médecin à la cour de Claude. En général médecin et astrologue, ces deux activités allaient de pair. Le prototype étant en la matière claude Galien. Auteur d’aphorismes de médecine astrologique sous le titre «des heures critiques». Vétius Valens était un des amants de Messaline, femme de l’empereur Claude, lequel fit exécuter sa femme pour ses infidélités, répétées, ainsi que Valens. On comprend que les astrologues aient cherché à masquer cette réalité avec une autre biographie.  


Scribonius largus inventa le dentifrice. Il faisait ses tests sur les membres de la Cour impériale. Sa formule était abrasive pour les dents. On ignore si sa composition avait des effets lubriques sur les utilisatrices, notamment Messaline.


L’astrologie de Valens contredit le verbatim des astrologues actuels, ainsi il donne au bélier une tonalité dite « de signe d’eau ». Voici la traduction anglaise de son texte :


Vetius Valens,

Anthologies

, Book I (livre premier)

2. The Nature of the Twelve Zodiacal Signs. (nature des 12 signes)

Aries (bélier)

(…)

Aries is by nature watery, with thunder and hail

Bélier est par nature humide, avec tonnerre et grêle


Demandez à un astrologue le motif du changement de nature, il vous répond, imperturbablement que c’est à cause de la précession des équinoxes. Une explication totalement farfelue.


Quand à l’idée de se repérer sur les constellations, à cette époque les années lumière étaient inconnues, ainsi que la topographie spatiale, impossibilité de mesurer les distances réelles des constellations au soleil, pour se rendre compte de l’illusion de ce repérage spatial fondée sur un mode de représentation coplanaire, consistant à mettre bord à bord, sans distance des constellations, extrémement lointaines, avec le système solaire immédiat.


1- Baldwin Barry "the career and work of Scribonius Largus (1992) Musée Reinisch pour la philologie

2- Jouanna-Bouchet Joëlle "études des gestes thérapeuthiques dans les Compositiones de Scribonius Largus"

3- Scribonius Largus Bulletin d'Histoire de la Dentisterie







(c) reproduction sur d'autres sites interdite sans accord préalable ou autorisation DR


Get Adobe Flash player

®

"diffusion en matière juridique de renseignements et informations à caractère documentaire

en application de l'article 66-1 de la loi du 31/12/1971 reproduction interdite"

Une - Actualités-Editeur -AstroDiko - Astrosofie - Blog -Culture - Magazine - Legalis - Mystifications - Société


            Médiation Extra Judiciaire  Droits intellectuels Engagement consommateur   Argumentaires

                         

                                       ©2017-2003 Tous Droits Réservés www.astroemail.com  ISSN 2267-2702