ASTROEMAIL
informations juridiques de la consommation de crédulité




                         


                               Philosophie critique de l'astrologie et de la voyance


réputation,professionnel, passionné : décodez la tromperie par les mots






Comment fonctionne la manipulation mentale non sérieuse de l'astrovoyance


Constats

Les prestataires en divination utilisent les termes de la respectabilité pour convaincre :

« J'exerce avec passion depuis….l'âge de 5 ans » est-ce crédible?

« machin chose...professionnel dont la réputation est connue... » notamment de ses nombreuses victimes abusées par ce bonimensonge

« j'ai réuni une équipe de professionnels qualifiés » comprenez "nous sommes une bande de crapules associées"

« Je réhausse le prestige de la voyance et de l'astrologie » dans le monde normal on dit fausse voyance non sérieuse sans fonction de rhéostat

« Je suis au service de mes semblables » problème de ciblage du destinataire de cette déclaration

« je suis un praticien professionnel » sans déclarer légalement sous quelle forme sociale

« J'ai une éthique professionnelle irréprochable » je ne publie pas les prix de mes prestations


Décodez les prétentions : les moyens

Ils se résument essentiellement à trois :

1) avoir des connaissances, ce qui signifie posséder un bagage intellectuel suffisant

2) ou être formé en psychologie ou averti en cette matière

3) ou être juriste


Le bagage intellectuel initial est dispensé par l'école. La République Française considère, en application de ses lois, dispenser le savoir suffisant, et nécessaire, à ses citoyens pour "faire la part des choses". Notamment se forger une opinion raisonnable sur les prétentions des faux astrovoyants non sérieux.


Ainsi en astrologie, le décret du 11 juillet 2006, dit Socle Commun des Connaissance, ayant modifié le code de l'Education, dispose, au titre des connaissances scientifiques et techniques, que la Terre orbite autour du Soleil. Ce qui signifie que les prévisions datées de l'astrovoyance basée sur le géocentrisme -le soleil orbite autour de la terre- sont illicites. Car contraire à l'ordre public des connaissances. La première conséquence juridique est de fait sans appel. Le client, abusé par l'astrovoyance géocentrique ne pourra pas se faire rembourser les sommes dilapidées pour des prévisions chimériques. La seconde conséquence signifie que les astrologues géocentriques utilisent une manoeuvre frauduleuse équivalente au délit de l'escroquerie, un subterfuge illicite, pour se faire remettre de l'argent.  


Avoir une formation en psychologie permet notamment de relever l'emploi des illusions, dans les propos des faux astrovoyants, de type illusion de Moïse. Ainsi, dans l'énoncé de ses cours, la fausse astrologue non sérieuse Mlle F..déclare se référer au système solaire, pour exposer ensuite des propos sur le géocentrisme notamment les rétrogradations planétaires. Le cadrage "système solaire" nécessite de développer exclusivement de l'héliocentrisme, les planètes sont toutes dotées d'un seul mouvement "prograde". La clientèle de Mllle F.., ignorante en astronomie, croit ses prévisions conformes au système planétaire, par l'emploi de l'illusion de Moïse. Alors qu'il n'en est rien.


Posséder un bagage de juriste permet de connaître les lois applicables, lorsque des prétentions de type hors contexte sont revendiquées. Ainsi, depuis le début des années 2000, les faux astrovoyants non sérieux se prétendent "professionnel". Les crédules et les consommateurs s'avèrent incapables de discerner, et de comprendre, le sens de cette expression. La loi, notamment le code du travail, impose aux faux astrovoyants non sérieux de se déclarer aux services fiscaux et sociaux, en adoptant une des trois formes suivantes :

.RCS registre du commerce,

.RM registre des métiers,

.RSI registre des indépendants.


Cette obligation légale ne caractérise pas une profession. Elle constitue une forme sociale d'activité. Les non sérieux n'ont pas de convention collective du travail, CCT. Les braqueurs de banque non plus, ni non plus les voleurs. Faux voyant non sérieux équivaut à l'exercice habituel de la petite délinquance au détriment des crédules.


Faites le test, consutez les mentions légales des faux voyants astrologues non sérieux. Relevez notamment "leurs" numéros d'immatriculation. Vous n'en trouverez aucun. Les "praticiens irréprochables" sont simplement des voyous déguisés. Ne vous fiez pas au numéro sirene ou siret. Ce matricule n'a qu'une fonction statistique, dépourvu de conséquence juridique, en application de l'article 13 du décret du 14 mars 1973 "aucun effet juridique ne s'attache à l'identification au répertoire". C'est avec la publication de ce seul identifiant, que les faux astrovoyants non sérieux trompent le consommateur en se faisant passer pour des pro, alors qu'il s'agit d'un banal matricule de saisie statistique. L'obligation législative d'immatriculation correspond à une numérotation différente facilement reconnaissable.  


mécanisme de la tromperie par la prétention

Le verbiage employé par les non sérieux, délayé avec des mots courants, abuse régulièrement le consommateur. Notamment lorsque ces non sérieux exposent se démarquer de leurs concurrents directs par des pratiques qu'ils qualifient "d'honnêtes". Il est nécessaire de se rappeler la définition exacte de leur activité, afin de replacer leurs propos dans le bon contexte. Les activités non sérieuses caractérisent en France, depuis le 2 juin 1843, de jurisprudence constance, la pratique de l'escroquerie à la divination. Laquelle consiste, contre argent, à convaincre le crédule de ses dons divinatoires.


L’effet d’amorçage des mots réputation,professionnel,passionné

Ces mots affichent, dans le mental du non prévenu, contre les méthodes des non sérieux, des liens directs vers les concepts : prestige, spécialiste, ardeur et énergie.


La réputation d'un faux voyant non sérieux égale le nombre des crédules bernés par ses mensonges.


Un professionnel du non sérieux, caractérise un trompeur par activité, tirant sa subsistance quotidienne des usages répétés du faux, de l'artifice, de la mystification, du fallacieux, ainsi que des procédés illusoires.


Un passionné du non sérieux désigne un exalté, une tête brûlée, un frénétique du délire, un agité de la dinguerie.


L’association dans une même phrase des mots "professionel passionné réputé connu de tous" avec une activité non sérieuse de fausse voyance, d'astrologie, ou d'astrovoyance incite nettement à se détourner d'un olibrius dangereux. Notamment lorsque cet individu prétend satisfaire les plus grandes exigences.


De telles prétentions sont à rapprocher des constatations judiciaires pénales en pareilles matières:

Il est reproché à C.A d'avoir commis le délit de publicité mensongère ou de nature à induire en erreur, en diffusant, sur des sites internet, une publicité présentant ses activités d'astrologue voyant, comportant des allégations, indications ou présentations fausses ou de nature à induire en erreur, sur ses qualités et aptitudes, ce en alléguant que son travail était professionnel, rigoureux, expérimenté efficace à 100 %, garanti, pour une consultation de 2,5€/minute.


L'élément matériel de l'infraction, consiste en l'existence d'une publicité contenant des allégations fausses.


Il convient de relever à cet égard que l'annonce insiste particulièrement sur le "professionnalisme" du 'travail' proposé notamment en cherchant à convaincre le consommateur de la détention d'une compétence, lesquels arguments apparaissent comme autant de motifs commerciaux essentiels, destinés à rallier la clientèle la plus large.


Le prévenu ne saurait utilement invoquer le caractère irrationnel de l'activité considérée, pour en conclure que le délit, qui relève du droit de la consommation, ne s'y appliquerait pas, alors même que l'activité économique et les profits attendus et générés par cette activité n'ont, eux, rien d'irrationnels, d'où il suit que les activités de voyance et autres sciences occultes sont bien soumises au droit de la consommation en général, et aux dispositions applicables en matière de publicité mensongère en particulier. Le caractère irrationnel de l'annonce et plus généralement de l'activité exercée ne lui retire pas son caractère éventuellement mensonger, dès lors qu'il est avéré que cette annonce est destinée à tromper le lecteur, en lui faisant croire faussement en la certitude d'un résultat qui s'avère sinon chimérique du moins aléatoire.


En l'espèce, il ressort des déclarations concordantes sur ce point, que les prestations de C.A ont été dispensées à plusieurs reprises, sur une longue période, sans avoir le résultat annoncé.


L'absence de résultat certain de ses prestations n'est pas discutée par C.A, qui a reconnu devant les enquêteurs que 'parfois cela marchait, et parfois non'.


Ainsi, l'allégation fausse de "satisfaire au mieux les clients les plus exigeants" caractérise le délit de publicité mensongère, au sens de l'article L 121-1 du code de la consommation, qui lui est reproché.


Il convient par voie de conséquence de confirmer le jugement du tribunal correctionnel de ..., en ce qu'il a déclaré C.A coupable des faits reprochés.


Il convient par voie de conséquence de le condamner à la peine de 8 mois d'emprisonnement, dont 3 mois avec sursis assorti d'une mise à l'épreuve d'une durée de 2 ans, en lui imposant l'obligation d'établir sa résidence en un lieu déterminé et celle de réparer en tout ou partie, en fonction de ses facultés contributives, les dommages causés par l'infraction.



Les faux astrovoyants non sérieux se signalent par des prétentions ahurissantes, paraissant soit dans presse, soit sur des sites internet, suscitant la circonspection. Ainsi qu'il était jugé dans une espèce le 03/03/2009 à Toulouse :


M.B a pris l'initiative de consulter M.D au vu des annonces de celui-ci. Il ne démontre pas avoir été conduit à contracter, par des manoeuvres ou des mise en scène particulières, destinées à accréditer les proclamations sur les 'dons surnaturels' qu'un consommateur normalement averti ne pouvait considérer qu'avec circonspection.



Cet dernier attendu signifie que la crédulité, du client berné par les revendications du faux astrovoyant non sérieux, au civil, s'oppose à ce que ses demandes prospèrent dans l'espoir d'obtenir un remboursement des sommes d'argent dilapidées pour avoir été embobiné par les propos frelatés d'un "professionnel passionné réputé." Alors qu'au pénal, en agissant sur le fondement de la publicité mensongère induisant en erreur, la situation est différente.


C'est ainsi que l'on prend conscience du premier Moyen exposé au début de cet article "disposer d'un bagage intellectuel suffisant pour apprécier réalistement les propositions". Cette condition se retrouve à l'article L.121-1 du code de la consommation relative à la protection que la loi accorde aux crédules :


Le caractère déloyal d'une pratique commerciale visant une catégorie particulière de consommateurs ou un groupe de consommateurs vulnérables en raison d'une infirmité mentale ou physique, de leur âge ou de leur crédulité s'apprécie au regard de la capacité moyenne de discernement de la catégorie ou du groupe.

Constituent, en particulier, des pratiques commerciales déloyales les pratiques commerciales trompeuses définies aux articles L. 121-2 à L. 121-4 et les pratiques commerciales agressives définies aux articles L. 121-6 et L. 121-7.


En plus de la capacité moyenne de discernement, la loi définit les conditions des pratiques trompeuses, et agressives dans 5 articles du code de la consommation.


Notamment celles-ci :


2° Lorsqu'elle repose sur des allégations, indications ou présentations fausses ou de nature à induire en erreur et portant sur l'un ou plusieurs des éléments suivants :


a) L'existence, la disponibilité ou la nature du bien ou du service ;

b) Les caractéristiques essentielles du bien ou du service, à savoir : ses qualités substantielles, sa composition, ses accessoires, son origine, sa quantité, son mode et sa date de fabrication, les conditions de son utilisation et son aptitude à l'usage, ses propriétés et les résultats attendus de son utilisation, ainsi que les résultats et les principales caractéristiques des tests et contrôles effectués sur le bien ou le service ;

c) Le prix ou le mode de calcul du prix, le caractère promotionnel du prix et les conditions de vente, de paiement et de livraison du bien ou du service ;

d) Le service après-vente, la nécessité d'un service, d'une pièce détachée, d'un remplacement ou d'une réparation ;

e) La portée des engagements de l'annonceur, la nature, le procédé ou le motif de la vente ou de la prestation de services ;

f) L'identité, les qualités, les aptitudes et les droits du professionnel ;

g) Le traitement des réclamations et les droits du consommateur


Ainsi se prétendre professionnel passionné réputé, alors que la fausse voyance n'est pas une profession, constitue une pratique trompeuse. Il convient de réfléchir en lisant les annonces des faux astrologues voyants non sérieux


φclaude thebault 27/11/2017

















numérisé par astroemail dépôt BNF numérique 11/2017


















®

"diffusion en matière juridique de renseignements et informations à caractère documentaire

en application de l'article 66-1 de la loi du 31/12/1971 reproduction interdite"

Une - Actualités-Editeur -AstroDiko - Astrosofie - Blog -Culture - Magazine - Legalis - Mystifications - Société


            Médiation Extra Judiciaire  Droits intellectuels Engagement consommateur   Argumentaires

                         

                                       ©2017-2003 Tous Droits Réservés www.astroemail.com  ISSN 2267-2702