LES 4 ÉLÉMENTS



une théorie dépassée



Mots clés : ptolemee, quatre elements, temps, actualisation,


Les astrologues rabachèrent en plein XXe siècle une théorie philosophique de la grèce antique selon laquelle le zodiaque se découperait en 4 quarts différents. Chaque quart se voyant attribuer une qualité physique à partir de laquelle on déduirait des qualités. Cela revient à attribuer arbitrairement, ou presque, aux constellations spatiales des propriétés physiques telles que l'eau, l'air,le feu et la terre. Afin d'en tirer des applications pour des êtres vivants, les hommes. Au temps de Platon ce genre d'idées passait peut-être, aujourd'hui cela ne tient plus la route. En voici les raisons...


L'analyse


Par gauthier de bruges, Passage de l'Étoile



La théorie des quatre éléments, issue de la doctrine des philosophes grecs de l'antiquité Pythagore, Empedocle, Aristote, fut assimilée en astrologie, par l'astronome astrologue Ptolémée lorsqu'il rédigea à Canope, près d'Alexandrie, son fameux traité vers 230.


De quoi s'agit-il? L'astrologue André Barbault, dans son traité paru en 1961, développe cette application, pour le moins étonnante. Selon lui, et se plaçant du point de vue de Ptolémée, les quatre éléments seraient des "principes". Il distingue l'Eau, l'Air, le Feu, et la Terre. Ce seraient les essences des forces de la nature.


Quel rapport avec l'astrologie? Selon Barbault, dixit Ptolémée, l'homme serait un "produit" de la Terre, et donc en sa qualité de processus de la Nature, il doit être soumis aux même lois. Rien n'est moins sûr!


Jusqu'à preuve du contraire l'homme est issu de la fécondation d'une ovule par un spermatozoïde, il n'est en rien un produit de la Terre, et cela nonosbtant la fable de l'ancien testatement juif, selon laquelle le propriétaire d'un jardin (e.den mot sumérien signifiant jardin) modelait de la boue pour fabriquer des créatures et peupler ainsi son  potager avec des nains de jardin.


Continuons! Pour Barbault et Ptolémée, les quatre éléments considérés tout d'abord comme des principes, deviendraient alors des Lois : la loi de l'Air, du Feu, de l'Eau et de la Terre. Jusqu'à preuve du contraire ce sont des Etats de la Matière, et il serait temps que les astrologues au XXIe siècle s'accordent avec les avancées scientifiques de leur temps, au lieu de rester en retard de près de 2 000 ans. Parce que la théorie de l'Air et de l'Eau, lorsque l'on se penche sur la physique et la chimie de la formation des nuages et de la pluie, on s'aperçoit que les philosophies grecques sont dépassées, et inappropriées, pour expliquer, et rendre compte du phénomène. La pluie résultant notamment de la concentration de millions de micro organismes, sous la forme de nuages, dont la mutation se traduit, selon les températures et pressions atmosphériques, sous forme de pluie, de neige, ou de grèle. C'est un phénomène vivant, sans rapport avec des principes, des lois ou des essences. On imagine, de nos jours, comment serait reçu celui ou celle expliquant doctement que la pluie est une application des principes de l'Air et de l'Eau. Vous emportiez la conviction il y a 2000 ans, parce que l'on n'y connaissait rien. Aujourd'hui on vous rit au nez car l'origine exclusivement microbienne est une réalité démontrée.


Ainsi, assez étonnement, les penseurs grecs de l'antiquité postulèrent le concept de l'atome en ignorant celui du microbe.


En conséquence, il faut refuser la fausse évidence énoncée par Barbault et Ptolémée que les processus naturels, dits des quatre éléments, correspondent analogiquement aux processus humains. En effet, le vivant humain, au delà des considérations propres au maintient de sa structure cellulaire, s'inscrit dans une temporalité, dont l'énoncé manque dans la théorie de base des quatres éléments de la philosophie antique.


En somme la Vie, sous ses aspects d'entretien, et de durée, est ignorée dans la théorie de l'Eau, de l'Air, du Feu et de la Terre. On devrait dire d'ailleur du solide, en lieu et place de Terre.


Poursuivant ses associations de correspondances alambiquées, Barbault en fils spirituel de Ptolémée, assimile ensuite les quatre éléments aux quatre saisons. Cette approche Vivaldienne de l'astrologie donne alors ceci : Eau=hiver, Air=printemps, Feu=été, Terre=automne. Sur le papier cette présentation peut séduire les européens vivant à partir de la latitude de 45° Nord, ainsi que celles et ceux habitant des pays tempérés. Cette conception hélas est inapplicable à la totalité de la planète. Ainsi les personnes situées aux latitudes situées en dessus, en dessous, ainsi qu'à l'Equateur ignorent les 4 saisons, ainsi que bon nombre d'habitants de  l'hémisphère sud, comme toutes celles et ceux habitués à ne connaître que deux saisons : chaude et fraîche. On se rend compte, pour de simples questions d'expositions en latitudes, que la théorie philosophique des quatre éléments équivaut à zéro.


Poursuivant son propos, Barbault  publie ensuite dans son traité une répartition du zodiaque en quatre triplicités sur le fondement de la théorie des quatres éléments. Classant ainsi les signes Capricorne, Verseau, Poissons, dans la triplicité de l'Eau. Bélier, Taureau, Gémeaux, Air. Cancer, Lion,Vierge, feu.Balance, Scorpion, Sagittaire, Terre.Peu importe le classement. Dire que la constellation des Poissons est de nature acqueuse, alors qu'il ne s'agit que d'un nom associé au tracé des étoiles composant cette zone du ciel, consiste à opérer un glissement de pensée ni logique, ni soutenable, lorsque l'on réfléchit un peu. L'écliptique ou zodiaque correspond à la ligne de passage des planètes à l'horizon. Soutenir qu'à certains endroits de cette ligne c'est le feu, à d'autre c'est l'air, et encore à d'autre de l'eau, même symboliquement, relève de l'extravagance la plus totale. D'abord parce que cette ligne de passages planétaires occupe une durée, sans consistance physique, et un espace occcupé par le vide, le froid et l'appesanteur.


On observera, face à une telle classification, que les signes du zodiaque correspondent à la projection en arrière plan de l'espace, de la ligne d'horizon sur laquelle les planètes se déplacent. Les signes prirent les noms de constellations situées en arrière plan, suite aux repérages et dénominations faites dés la période sumérienne, transmise ensuite des babyloniens aux grecs. Lesquels adaptèrent ces éléments étrangers à leurs mythologies.


A priori, attribuer des prétendues essences de nature terrestre, aux ensembles constellaires constitue une aberration. Puisque ces ensembles nomment, et délimitent les signes, par des conventions de répartition de zones graduées. Lorsque l'on aura déterminé, par des sondages spatiaux, la nature des 12 constellations situées conventionnellement en arrière plan, alors, et si cela présente un intérêt, il sera temps d'établir des classifications, notamment si elles ont une application  en astrologie.


En attendant, les prétendues qualités des quatre éléments ne correspondent à rien de démontrable, ni même d'analogiquement exploitable. Ce ne sont que des placages, et des projections sans consistance., ainsi que des a priori.


Certes cela impressionne l'ignorant d'étaler des ordonnancements selon lesquels chaque triplicité d'éléments se décline en Cardinal, Fixe et Mutable. C'est à dire la répartition de chacun des trois signes dans chaque quart. Une belle construction pour croyants et gogos encore attachée à la conception des saisons. Cardinal début de saison.Fixe, milieu. Mutable fin de saison. Appliquée au concept dit du rechauffement climatique, cela ne marche plus. Une modélisation incompatible avec l'oscillation de +- 2,5° de la Terre sur son axe en 50 000 ans.


La théorie des 4 éléments de Ptolémée est vraisemblablement un concept intuitif. En effet, son application délimitant quatre saisons aux latitudes européennes, induit une notion de temporalité.


Le Temps existe parce que la Terre effectue une rotation sur elle même en 24 heures. Et une révolution entière autour du Soleil en 365 jours. Sans rotation terrestre nous serions hors du Temps.


Cette idée ne pouvait naître à l'époque de Ptolémée, même s'il appréhendait la notion de Temps. A son époque, la conception largement répandue, à l'exception d'Aristarque de Samos en -280, était celle du géocentrisme ou de la position statique de la Terre, autour de laquelle les planètes révolutionnaient, Soleil compris.


En fait Ptolémée cherchait certainement à intégrer la notion de Temps, comme élément déterminant de l'astrologie s'appliquant aux vivants, donc aux hommes. Mais de ce point de vue tout reste à écrire, notamment si l'on intégre la démonstration de la théorie mathématique du dédoublement du Temps de Jean Pierre Garnier-Malet. Laquelle justement s'applique à la rotation terrestre dans une configuration spatiale. L'horizon d'une particule est la particule d'un horizon plus grand. En clair celui qui observe est lui même observé par un autre.


Ainsi, parce que nous tournons autour du Soleil, nous mesurons en année son activité et sommes en état de prévoir ses périodes d'éruptions et la formation de ses taches. En position statique, même suréquipés de télescopes spaciaux Hubble et autres, on ne s'apercevrait de rien. Le Temps ne pourrait se décompter, ni les jours se nombrer.


Il reste à écrire la théorie de l'actualisation du Temps en astrologie, en lieu et place de celle périmée et obsolète des quatre éléments. Comment utiliser un passé, un présent, et un futur en même temps, applicable à tous, en tout point de latitude de notre planète, et ainsi appliquer les règles de "la division du Temps" dont parle Platon dans le Timée-Critias " ce sont les divisions du temps. Certes nous disons qu'il était, qu'il est et qu'il sera, mais à parler vrai seule l'expression il est s'applique...".  


Le présent n'est donc que le retour d'un futur que j'aurai créé par le passé.....Une actualisation en somme. L'astrologie nous permettant alors de trier entre les différents présents possible...

 

gauthier de bruges 06/10


















"diffusion en matière juridique de renseignements et informations à caractère documentaire

en application de l'article 66-1 de la loi du 31/12/1971 reproduction interdite"

Une - Actualités-Editeur -AstroDiko - Astrosofie - Blog -Culture - Magazine - Legalis - Mystifications - Société


                                                  Engagement consommateur   droits intellectuels

                         

                                       ©2017-2003 Tous Droits Réservés www.astroemail.com  ISSN 2267-2702