A Muamar Gaddafi




victime du printemps des erreurs...



Mots clés : gaddafi,kadhafi,muamar gaddafi,libye,sarkozy,guerre civile,otan,Quadafi


Il faut savoir conclure une prévision en rendant compte de ses aspects et manifestations...    


L'analyse


Par gauthier de bruges, Passage de l'Étoile



Dimanche 23 octobre 2011 les rebelles de Benghazy proclamèrent leur autorité sur la Libye, au terme de 8 mois de guerre civile, appuyée par une armée étrangère d'intervention, puissamment équipée, bombardant à leur place, et à leur demande, les autorités alors légitimes comme on tire les lapins.


Les rebelles de Benghazy, et de Misrata, une fois débarrassés de l'autorité légitime précédente proclamèrent la création d'un état islamique soumis à la charia du Coran du prophète Mohamed. Rétablissement de la polygamie, interdiction du divorce, et changement du régime bancaire. Désormais ce sera le système islamique qui régira la vie économique du pays. Quel recul considérable dans un pays autrefois adapté aux normes occidentales,et autorisant le divorce! Merci Sarkozy, merci Juppé d'avoir financé par l'impôt français l'instauration d'une dictature islamique moyennageuse en Libye, à la place d'un régime pro occidental moderne. Vous avez atteint votre niveau d'incompétence.


- Alors que la Libye fêtait dimanche la libération du pays, quatre jours après la mort de Mouammar Kadhafi, le Conseil national de transition (CNT) a aussitôt annoncé la réintrodution de la charia Le Parisien 23/10/2011


Aussitôt le principal artisan de cette situation ahurissante, le ministre français Juppé, à l'origine du vote à l'Onu, le 17 mars 2011, de la Résolution 1973, s'empressait de rassurer l'opinion publique sur l'air de "c'est une erreur de casting" en déclarant "nous serons vigilants". Un double aveu d'amateurisme et de somnolence coupable de sa part. Dont il cherche à se dédouaner en assurant que la situation est sous contrôle, et que ses nouveaux amis coraniques marcheront droit selon les normes européennes. Qui veut-il abuser à nouveau? Alain Juppé est un politicien ayant pour habitude, depuis de nombreuses années, de prendre ses concitoyens pour des imbéciles, car il s'estime plus intelligent que la moyenne des individus. Les islamistes installés désormais à Tripoli se moquent de Juppé, de ses valeurs, et des ses fanfaronnades, comme de la bosse de leur premier chameau.


-Alain Juppé (UMP) assure que la France sera «vigilante» au respect des «valeurs démocratiques» Le ministre des Affaires Etrangères s'est voulu rassurant en rappelant lors d'une conférence de presse Le Parisien 23/10/2011



Dans un précédent éclairage, intitulé "le printemps des erreurs", l'attention était attirée sur le fait que l'opération de l'Otan engagée en Libye à cette période de l'année ressortait d'une configuration Mercure Jupiter Uranus en Bélier. Et qu'en conséquence des actions inconséquentes irréversibles étaient engagées, largement dommageables, autant pour les autorités libyennes de l'époque alors légitimes, que pour les agresseurs rassemblés sous la bannière de l'Otan.


En cette fin octobre le moment est venu de faire les comptes et dresser le bilan. Juppé, Sarkozy, BHL ont engagé des forces militaires, fait tuer 25 000 personnes en 8 mois, pour mettre en place un régime islamique dont les fondements sont contraires aux principes selon lesquels la Constitution Française régit la République laïque et démocratique, sans avoir à intervenir pour favoriser l'installation d'un régime religieux à l'étranger. Un engagement international de la France contraire à sa Constitution.


- La "révolution" a fait 25.000 morts (président du CNT Moustapha Abdeljalil).24heures 20/10/2011


- Article 1er constitution Française : La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion...


La Résolution 1793 de l'Onu prévoyait la mise en place d'une protection de civils, une zone d'exclusion aérienne, l'embargo sur les armes, interdiction de vols, gel des avoirs.


Conseil de sécurité 6498e séance – soir

LIBYE: LE CONSEIL DE SÉCURITÉ DÉCIDE D’INSTAURER UN RÉGIME D’EXCLUSION AÉRIENNE AFIN DE PROTÉGER LES CIVILS CONTRE DES ATTAQUES SYSTÉMATIQUES ET GÉNÉRALISÉES 17/03/2011


Au lieu de tout cela la France a pris parti, fait et cause pour la minorité insurrectionnelle au motif que la répression à laquelle elle était exposée la mettait en danger. Ainsi donc la France dépensa 300 millions d'euros en 8 mois pour soutenir une guerre civile intérieure à l'étranger, afin de renverser un gouvernement légitime, alors qu'elle refuse de dépenser 200 millions d'euros pour assurer la protection sociale de ses citoyens le 24 octobre 2011.


- Paris chiffre à plus de 300 millions d'euros le coût de la guerre en Libye Le Monde 23/10/2011


- La baisse des indemnités journalières, coup dur pour les malades, le gouvernement opère une économie de 220 millions d'euros. Le Monde 24/10/2011.


Dés lors que la France par la voix de ses ministres, et l'engagement de son Président, favorisent par l'emploi de l'argent public issu des impôts des régimes étrangers islamiques, dont les principes sont contraires à la Constitution Française, ces responsables se rendent coupables de crimes contre l'Etat, et de détournement et recel d'argent public. Et ils devraient en conséquence être poursuivis pour ces faits et usages. Bien entendu aucun d'eux ne sera jamais inquiété.


Mais dés lors le citoyen moyen est en droit de se demander ce que font les troupes françaises à Kabul, puisqu'il y a une contradiction à installer un régime politique appliquant la charia coranique à Tripoli, et à la combattre en Afghanistan. Là encore l'argent public gaspillé pour l'entretien des troupes à l'étranger ne comporte de justification.


En ayant pris aucune disposition avec leurs nouveaux alliés, afin de prévenir l'assassinat du chef d'État libyen Muamar Gaddafi, exécuté sommairement d'une balle dans la tête après sa capture, le ministre Juppé, et le Président Français Sarkozy devraient être poursuivis pour complicité de crime de guerre, sur la personne d'un chef d'État étranger. En effet, en apportant le soutien matériel, en armes et en logistique, ainsi qu'en reconnaissance politique préalable aux rebelles en situation d'insurrection, alors que la Résolution 1973 ne leur donnait aucune autorisation à cette fin, ils se sont rendus complices des exactions des forces auteures de crimes sur le terrain. Le CPI étant aux mains de "copains" personne en France ne sera passible de poursuites pour complicité de crimes de guerre.


Enfin une question se pose sur le fondement de ce parti pris unilatéral de responsables politiques français, en faveur de rebelles minoritaires libyens, moins de 0,05% de la population en mars 2011. Notamment au regard des révélations au cours de l'été par la revue Mediapart, selon lesquelles le Colonel Muamar Gaddafi aurait financé pour partie la campagne électorale de 2007 du président Sarkozy en France. Le 28 juillet Médiapart publiait des documents selon lesquels Nicolas Sarkozy aurait bénéficié de rétrocommissions sur des contrats libyens.


- Kadhafi menace de révéler un "grave secret" sur Sarkozy.Le régime libyen a affirmé jeudi 10 mars, via son agence officielle, que la révélation d'un "grave secret" allait entraîner la chute du président français Nicolas Sarkozy, peu après la reconnaissance par Paris du Conseil national de transition comme représentant du peuple libyen. L'agence officielle libyenne Jana a annoncé avoir "appris qu'un grave secret va entraîner la chute de Sarkozy, voire son jugement en lien avec le financement de sa campagne électorale".Le Monde 10/03/2011


-  Quand Sarkozy cherchait des sous chez Kadhafi. Mediapart confirme le soupçon d'une corruption de haut niveau, au coeur du clan Sarkozy. Marianne2 le 02/08/2011


Lors de ses derniers entretiens avec des journalistes francophones Gaddafi essayait de les sensibiliser sur cet aspect de la situation. Mais aucun d'entre eux ne songea sérieusement à enquêter sur ses déclarations.


Alors on doit provisoirement considérer que la décision du Président Français d'armer les rebelles, et de détruire pour leur compte via l'instrumentalisation de l'Otan, le régime libyen en place, avait pour objectif d'éliminer un bailleur de fonds. L'histoire, et sans doute bien avant les scandales, se chargeront d'éclaircir cet aspect encore trouble d'une actualité brutale.


Mais on doit aussi envisager, dans l'optique des prochaines élections présidentielles que les contraintes de financement de campagne, aient motivé une opération internationale, afin d'obtenir une décision de gel des avoirs libyens, pour ensuite, lors de la restitution, négocier un rétrocommissionnement avec les destinataires, afin de compenser l'aide fournie.


De ce point de vue le sénateur Mac Cain a été plus cru, en réclamant aux rebelles le remboursement de l'effort militaire consenti par les États Unis.


- John Mac Cain, que le CNT rembourse les États Unis pour les armes et l'effort de guerre fournis Le Figaro 20/10/2011  


En conclusion


L'astrologue observe qu'il pointait que des erreurs irréversibles seraient commises à partir du printemps dans l'intervention Libyenne. L'installation d'un régime islamiste, dans un pays autrefois ouvert aux normes occidentales constitue le plus gros impair qui pouvait se faire. Le président Sarkozy et ses ministres Juppé et Longuet, ainsi que tous les députés ayant voté la poursuite de l'intervention en Libye, y compris la gauche molle de Hollande, sont donc des pro islamistes. A l'exception de 27 députés qui s'y opposèrent dont Emmanuelli au PS, et les 51% de Français eux aussi contre cette guerre dont la représentation nationale ne tint aucun compte.


- Libye: 51% des Français désapprouvent l'intervention militaire Les Echos 01/07/2011


On comprend désormais comment lire le signe UMP : P pour parti et MU pour musulman. Quand à PS ce serait P pour parti et S pour salafiste.


La conduite désastreuse de ce dossier libyen montre aussi aux futures élites de ce pays qu'elles ne doivent en aucun cas faire confiance à l'Europe, ni aux occidentaux, et moins encore à ses responsables. Notamment Gaddafi dont les derniers placements financiers dans les affaires et sociétés hors de son pays, pour un montant de 144 milliards d'euros, via les institutions libyennes, ont prouvé son engagement dans l'économie mondiale payée en retour d'une balle dans la tête. Il semblerait, sous réserve que Papandréou le reconnaisse, qu'il tenta de racheter la dette grecque avec les milliards libyens, ce qui nous aurait oté une sérieuse épine du pied avec la crise de l'Euro.


Si le Président Sarkozy a monté toute cette affaire, dans le but exclusif de récupérer une super rétrocommission au passage, c'est alors du grand art. Sans rapport avec la politique, car relevant de la crapulerie digne d'un Parrain de la Mafia. Rarement pour de l'argent on sera allé aussi loin dans le sordide. Il avait prévenu en 2007, avec lui "tout est possible".


La veuve de Gaddafi a prononcé cette épitaphe ""Je suis fière du courage de mon époux combattant et de mes fils qui ont fait face à l'agression de 40 pays et à leurs agents pendant six mois et qui vont trouvé leur place parmi les martyrs", avait dit Safia Kadhafi dans un premier communiqué diffusé par Arraï."Afp 21/10/2011


Il a effectivement résisté, et quelque soient ses crimes passés, sa résistance désespérée mérite la considération honorable du au combattant tombé sur le champ de bataille aux mains de ses assassins.  


gauthier de bruges 11/11 copyright Astroemail



















"diffusion en matière juridique de renseignements et informations à caractère documentaire

en application de l'article 66-1 de la loi du 31/12/1971 reproduction interdite"

Une - Actualités-Editeur -AstroDiko - Astrosofie - Blog -Culture - Magazine - Legalis - Mystifications - Société


                                                  Engagement consommateur   droits intellectuels

                         

                                       ©2017-2003 Tous Droits Réservés www.astroemail.com  ISSN 2267-2702