heliocentrisme,heliocentrique,helio,geocentrisme,geocentrique





HELIOCENTRISME




© 2013 ASTROEMAIL DR reproduction interdite heliocentrisme le vrai


géocentrisme le vrai et le faux




Les astrologues eux même ignorent comment se représenter la Terre, à une date donnée, dans sa position vis à vis du Soleil, pour imaginer comment se positionnent les autres planètes...



par Gauthier de Bruges, Passage de l'Étoile




L’amateur, et le professionnel, sont généralement incapables de faire la distinction entre les deux repères géocentriques et héliocentrique. Certainement parce que cela demande de faire une projection mentale. Ce qui est difficile pour une majorité de personnes s’intéressant à l’astrologie notamment par manque de connaissances pour se représenter le système solaire.


Dont voici ci dessous le rappel illustré




Avec la nécessité de prendre en compte ses particularités. Or tout le monde pense que le changement de point central de référence est quasi sans effet, à raison d’un certain nombre d’impasses, notamment sur mouvement terrestre dans l’espace.


Cela provient aussi du fait qu’aucun livre spécialisé, en astrologie, ni non plus de site, n’informe le public de la distance séparant la terre du soleil, 149 millions de kms, soit 1 UA, UA unité astronomique, et des conséquences qui en résultent.


Cela s’explique enfin, à raison de l’absence de rappel de la rotation de la Terre sur son ellipse autour du Soleil, c'est-à-dire son mouvement sidéral consistant à gravir les 360° en périodes inégales. Pour mémoire la terre est passée au point 0 de son orbite le 23 septembre 2013. Elle y repassera en 2014 le 24 septembre.


Il y a donc une grande différence entre les positions respectives de la Terre et du Soleil, même si ce dernier effectue une rotation sur lui-même (en 27,27 jours) sur un axe d’inclinaison de 7°25’, en emmenant dans son mouvement toutes les planètes du système solaire. La Terre, située à 149 millions de kms, effectue un parcours, sur une ellipse, dont les deux points opposés  (périgée et apogée) sont distants entre eux de 299 millions de kms. La terre est à son périgée (+ près de la terre) le 04 janvier 2014, puis à plusieurs millions kms plus loin, à son apogée (+ loin de la terre), le 4 juillet 2014.


Cela signifie, par exemple, si l’on prend une planète comme Vénus, laquelle se trouve le 04 janvier 2014 sur  99°16’ de longitude dans un repère ayant pour centre le Soleil, lorsque la terre est elle-même à 103°32 à son périgée.


Cette même planète Vénus sera le 4 juillet 2014 à 28°41 de longitude, lorsque la terre sera elle-même à 281°56.


Cela signifie que le 16 juin 2014 Vénus passe par le point 0°. Après y être déjà passée en 2013 le 03 novembre. Une date que les astrologues annonçaient comme celle de son ingrès en Capricorne. Soit un écart de 90°. Bien évidemment Vénus à cette date ne pouvait se trouver sur 270° de longitude.


Voici les captures d’écrans correspondantes en positions orbitales héliocentriques aux deux dates citées des 4 janvier et 4 juillet 2014.




Cela donne quoi, cette fois vu de la Terre ? c'est-à-dire à 149 millions de kms du Soleil, lorsque la terre est dans la position du 4 janvier 2014 à 103°32 ?


On note que les positions de Vénus ne sont plus les mêmes. Evidemment puisque si vous regardez la capture d’écran montrant l’écart entre le périgée et l’apogée, il y a entre les 2 positions 147+152 = 299 millions de kms. L’ellipse fait 930 millions de kms de tour, distance parcourue à une moyenne de 106 000 kms/h. La différence entre les deux pôles est de 5 millions de kms. Cela influe sur la mesure des positions.


 périgée de la Terre le 4 janvier 2014                               Apogée de la Terre le 4 juillet 2014


            comment de la Terre située à 103° de longitude Vénus est vue le 4 janvier 2014


  comment de la Terre située à 281° de longitude Vénus est vue le 4 juillet 2014


Vous vous rendez ainsi compte que les positions « vues de la terre » sont fausses, puisque des planètes sont présumées sur une autre longitude que celle réelle, en position vraie, c'est-à-dire en mouvement sur leurs orbites.


Pour l’astrologue, il est important de positionner la planète là où elle se trouve réellement. En effet, il y a une grande différence entre Vénus en Capricorne chez Saturne, et Vénus en Bélier chez Mars à la date du 3 novembre 2013, par exemple.


Ces captures d’écran vous permettront de mieux visualiser, afin de nourrir votre réflexion.


Comme on l’observe habituellement, face à une telle information, les réactions se classent en trois catégories.


- Ceux qui hausseront les épaules, en disant cause toujours.


- Ceux qui continueront comme par le passé, par habitude.


- Puis ceux qui s’interrogeront, en prenant conscience qu’il y a environ 25 siècles de cela Aristarque de Samos attirait déjà l’attention sur le rôle central du Soleil, et la nécessité de raisonner en fonction de ce concept.


Il a fallu attendre Galilée, puis Kepler en 1610 afin que l’héliocentrisme prenne enfin la place qui est la sienne. D’Aristarque à Kepler, environ 2000 ans. Cela fait 400 ans que les astrologues auraient du faire leur révolution culturelle en adoptant l’héliocentrisme et la mécanisme céleste. N’attendez plus !



Gauthier de Bruges


PS : A nos lecteurs

Si vous avez, à titre personnel, des réactions à cette nouvelle, écrivez-moi à gdb@astroemail.com. Désolé si ces informations augmentent le niveau d'entropie dans votre cerveau en désordonnant vos idées.


Vous en apprendrez encore bien plus, en vous instruisant davantage, en lisant Astroemail 128,

       


GDB

10/13














"diffusion en matière juridique de renseignements et informations à caractère documentaire

en application de l'article 66-1 de la loi du 31/12/1971 reproduction interdite"

Une - Actualités-Editeur -AstroDiko - Astrosofie - Blog -Culture - Magazine - Legalis - Mystifications - Société


            Médiation Extra Judiciaire  Droits intellectuels Engagement consommateur   Argumentaires

                         

                                       ©2017-2003 Tous Droits Réservés www.astroemail.com  ISSN 2267-2702