retrogradations,recul,retrogradations de mercure,marche arrière,retour





Les rétrogradations (illusoires)




© 2013 DR reproduction interdite


de  Mercure



mots cles, keywords :rétrogradations,mercure,rétrogradations de mercure,retour,recul,


Avant de rétrograder (ce qui est faux) il se passe un phénomène de vitesse affectant l'allure, le régime et le rythme de révolution d'un corps planétaire. S'agissant de Mercure, on relève pour le même phénomène, trois explications totalement différentes, et particulièrement contradictoires, données par les astrologues. Un désordre, un illogisme, une confusion insensée, des absurdités telles, qu'un grand nettoyage s'impose, afin qu'une claire adaptation aux réalités astronomiques remplace enfin l'obscurantisme et l'irrationnel.  



par Gauthier de Bruges, Passage de l'Étoile



Trois fois par an, en moyenne, le sujet revient comme un marronnier : Mercure rétrograde.Et l'on voit aussitôt fleurir des pages de bétises en série. Ainsi, Michka du site vers-la-lumière.fr nous dit qu'en Poissons, comme en 2013, Mercure est en chûte. C'est faux. Sauf à colporter les fadaises des astrologues ressassant les mêmes âneries depuis le moyen âge.


Les Poissons, dans le référentiel du point gamma situé à 0° Bélier, soit le point vernal traditionnel, est le signe opposé à celui de la constellation de la Vierge. Signe de l'élongation Est de Mercure. Le seul fait notable, relatif à Mercure, en Poissons en février 2013 est qu'à la date du 16, à 18h TU la planète se trouvait alors à sa plus grande élongation Est dans ce signe. Oui vous avez bien lu. D'ailleurs voici ci dessous un extrait du relevé des phénomènes astronomiques du mois de février, surligné au stabilo jaune.


Vous lisez qu'en plus le lendemain, le 17 février 2013, Mercure attéignait son périhélie. L'explication donnée par l'encyclopédie Wikipédia à cet effet est la suivante :


"Quatre jours avant le périhélie, la vitesse (angulaire) orbitale de Mercure est exactement égale à sa vitesse (angulaire) de rotation ; le mouvement du Soleil semble s'arrêter. Puis aux alentours du périhélie, la vitesse orbitale de Mercure excède sa vitesse de rotation et le Soleil semble alors avoir un mouvement rétrograde ; il apparaît retourner là d'où il vient, traversant le ciel d'ouest en est, durant environ quatre jours, avant de reprendre un mouvement apparent normal, c'est-à-dire se déplaçant d'est en ouest"


Expliquez alors comment, dans cette position, Mercure peut être en chûte, alors qu'a l'opposé la Vierge est aussi, pour cette planète, la zone de sa plus longue élongation. Un esprit moyennement cohérent noterait que l'axe Vierge Poissons semble marqué par une zone maximale d'élongation de Mercure. Or en astronomie l'élongation pour une planète est synonyme de vitesse, et d'accélération. Les astrologues devraient se pencher sur le fait objectif que l'augmentation de la vitesse, d'un corps planétaire, mérite une prise en compte intelligente, au lieu de ressasser une classification obscurantiste  chûte = la planète n'exerce plus qu'une influence amoindrie (Dictionnaire de l'astrologie Larousse). Quel raisonnement bizarre n'est-ce pas? En Vierge Mercure en élongation accèlère, et les astrologues disent la planète est à pleine capacité de ses influences. A tel point qu'elle en a la maîtrise. En Poissons, Mercure accélère aussi, et elle serait alors, inexplicablement au minimum de ses capacités. C'est totalement incohérent!


Notez encore qu'en juin 2013, lors de la prochaine rétrogradation (présumée), par les astrologues, en Cancer selon eux, Mercure sera à nouveau à sa pleine vitesse le 12, à 18h. Là les astrologues ne disent plus rien sur ses capacités, leurs manuels, selon ce que rapporte le dictionnaire Larousse de l'astrologie ne catégorise aucun qualificatif. Ni culbute, ni baisse, ni décadence.



On se retrouve donc avec deux dates auxquelles Mercure accélère sur son orbite. Dans la première même à pleine puissance, elle n'a plus de jus. Dans la seconde, à nouveau à pleine puissance, il ne se passe cette fois plus rien. Étrange non?


Les remarques ci dessus montrent que les astrologues en général, car les américains, et les anglais, sont à la même sauce, ont grand intérêt à revoir leurs bases en astronomie, et réviser en conséquence leurs discours inadaptés. Il leur serait utile de refondre enfin leurs connaissances, et procéder à la grande révision qui s'impose. Que personne à ce jour n'osa entreprendre depuis Kepler.


Mme Michka, du site vers la lumière.fr n'est nullement en cause, à titre personnel. Elle répète, comme une somnambule, ce qui est écrit dans les manuel dépassés des astrologues, bons à brûler au feu. Personne ne lui a dit de lever les yeux au ciel, et regarder ce qui s'y passe. C'est bien le premier reproche fait aux astrologues, que celui de plonger essentiellement le nez dans les vieux grimoires, et répéter de concert les mêmes refrains en aveugle. Comme les membres d'une secte chantent leurs hymnes "veni creator".    


Ils annonnent tous l'existence de signes placés sur l'influence de l'élément eau. Or on enseigne, dans toutes les écoles, que l'eau est un état, non un élément. Car il s'agit d'un composé gazeux h2o.


Prendre un état pour un élement.


Ne jamais regarder le ciel pour voir ce qu'il s'y passe.


Raconter qu'une planète à sa pleine vitesse est tantôt au maximum de sa puissance, ou tantôt au minimum de sa force, ou tantôt encore sans puissance du tout, combien de temps cela va-t-il durer?


D'autant que Mercure est une planète QUI NE RETROGRADE JAMAIS.




GDB

03/13

















"diffusion en matière juridique de renseignements et informations à caractère documentaire

en application de l'article 66-1 de la loi du 31/12/1971 reproduction interdite"

Une - Actualités-Editeur -AstroDiko - Astrosofie - Blog -Culture - Magazine - Legalis - Mystifications - Société


            Médiation Extra Judiciaire  Droits intellectuels Engagement consommateur   Argumentaires

                         

                                       ©2017-2003 Tous Droits Réservés www.astroemail.com  ISSN 2267-2702