la Loterie Nationale et l'astrologie jusqu'aux minitels du 3615





la chance à la Loterie  




© 2015 ASTROEMAIL DR reproduction interdite


les astrologues portés par le marché public des jeux




l'astrologie des 10e gagnants avec les débuts de la loterie nationale en septembre 1933

 




Le 21 septembre 1933 le gouvernement français relançait l’intérêt du public pour les jeux d’argent, notamment la Loterie Nationale.


«Le fait que, dans quelques jours, le possesseur d’un billet acheté 100 francs gagnera 5 millions, dont il n’aura rien à donner à l’État, met en branle toutes les imaginations, et c’est assez compréhensible, d’ailleurs» Intransigeant du 20/09.


Le phénomène est ancien, puisque le premier édit en la matière date de mai 1539, ainsi que le rapporte le Recueil des textes des anciennes lois Françaises de 420 à 1789 (page 218 Loterie). L’ordonnance interdisant les loteries particulières date du 14 mars 1687, et la création de la Loterie Royale du 11 mai 1700. Laquelle deviendra la Loterie Royale de France par déclaration du 30 juin 1776.


Dans son édition du 23 septembre 1933, l’Intransigeant publiait un papier de Marguerite Rochebrune intitulé :


Mon billet gagnera-t-il le gros lot ?


Les antichambres des cartomanciennes connaissent depuis quelques jours une extraordinaire affluence.

J’ai trouvé ce matin, l’antichambre de la pythonisse, que je venais consulter, particulièrement encombrée. Il s’ensuivit pour moi une attente prolongée avant d’être appelée devant l’augure. J’ai eu immédiatement l’impression que la dame était très pressée et n’avait pas de temps à perdre.


Assise devant une table où voisinaient une soucoupe remplie de marc de café, des tarots, une boule d’eau pure et un chat vivant, la maîtresse de céans m’a demandé rapidement :


-Tarots ? Marc de café ?Epreuve de l’eau ou l’avenir dans les mains ?

- L’avenir dans les mains d’abord, si vous voulez bien, madame, hasardai-je timidement. Et les cartes ensuite.

Armée d’une loupe et d’un coupe-papier, la chiromancienne suit avec ce dernier les méandres des lignes de ma main et qu’elle éclaire violemment d’une lampe portative.

-   Ligne de tête solide. Esprit de décision. Ligne de vie normale et régulière. Caractère positif, énonce-t-elle.


Puis, rajustant ses lunettes

-      La ligne de cœur ? Voyons un peu la ligne de cœur.

« Ah, ça ma belle, méfiez-vous, elle est bien compliquée. Défiez-vous des hommes, vous souffrirez par eux plus qu’il ne convient.

-      Et la ligne de chance ? Qu’y voyez-vous ?

-    Très favorable. Je puis dire même excellente. Tout ce que vous entreprendrez réussit et vous portez chance à ceux qui vous aiment


Gagnerai-je le gros lot ?

Je lâche enfin le grand mot. Je dis le but unique pour lequel je suis venue.


-    Gagnerai-je à la Loterie nationale ?

-   Vous aussi ! s’exclame-t-elle. Mais les femmes sont donc toutes pareilles ! Du matin au soir, depuis un mois, les clientes me posent cette question. Elles se figurent que je puis voir cela dans leurs mains, dans les cartes ou d’après certains calculs astrologiques.


-    Mais, madame, il me semble, en effet, que puisque vous prédisez l’avenir, il vous est particulièrement facile de me renseigner sur ce point.

-      Croyez-vous donc que si cela était possible je ne commencerais pas par me servir moi-même, avoue-t-elle avec une franchise qui me touche.


Décidément mis en confiance, j’ai dévoilé à mon tour à celle qui prédit l’avenir mon identité véritable. Et, toute supercherie à part, nous causons maintenant toutes les deux très sérieusement.


-    Depuis cette fameuse loterie, les femmes viennent ici et chez mes confrères en nombre incalculable. Je suis contrainte de fermer ma porte tous les soirs  à 7 heures et de renvoyez toutes les personnes qui attendent dans mon salon. Sans cela je travaillerais toute la nuit.

-     Mais ne pouvez-vous donner vraiment aucune indication utile, aucun conseil ?

-     Toute prédiction de ce genre jouerait sa chance de réalité sur des évènements imprévus.


Influences astrologiques

« Cependant, notre science peut déterminer si vous avez de la chance et la valeur et la qualité de cette chance.


« Nous pouvons également reconnaître les périodes minima et maxima d’influence par rapport aux concordances ou aux discordances des influx cosmiques de votre ciel de naissance.


« Il faut reconnaître aussi que certains nombres sont plus  ou moins favorables à tel ou tel individu. Certaines de mes clientes sont heureusement influencées par exemple par le chiffre 13, par tel jour de la semaine ou tel quantième du mois.


« Certaines périodes sont également marquées comme favorables dans les horoscopes.

« Mais je ne crois guère, pour ma part, à une prévision intuitive. Le cas s’est présenté, mais il est si rare…

« Vouloir connaître à l’avance si le hasard vous sera favorable et si certains numéros de préférence à d’autres sortiront à la loterie, est une véritable sottise, malheureusement si répandue qu’elle amène ici toute une foule crédule,


-    Parlez-vous franchement avec vos clientes comme vous venez de le faire avec moi ?

-    Pour le bien de tous et de toutes, je reste sur ce sujet dans l’imprécision la plus complète et, malgré tout, je ne décourage personne. L’espoir fait vivre…       Marguerite Rochebrune



 Les publicités des astrologues, paraissant alors dans la presse populaire, n’évoquaient rien à propos des tirages, en ce mois de septembre 1933. Ni l’institut du professeur Renaud (Vivre Heureux) à Paris 13e, ni Gaby Christel la célèbre voyante (dixit ses publicités), aux secrets infaillibles pour réussir, rue de Rivoli. Ni non plus le professeur OX, interrogeant le public, sur le fait de savoir s’il était né sous une mauvaise étoile. En dernière page le Fakir Birman appelait ceux qui étaient dans l’ennui à venir le voir, en se faisant passer pour un influenceur à distance. Du boniment. Sinon à Lille, Mme Augustales dévoilait l’avenir.  Le strip tease du futur, classique spectacle de music hall avec lequel les astrologues font habituellement leur revue sans les girls.


Le 19, Mme Marthe voyante naturelle (par opposition au trop plein des artificielles, avant les prothèses en silicone, les implants du cerveau) consultait rue de Maubeuge à Paris, sans attirer le chaland avec des numéros fétiches. Et Mme Laroche déshabillait, elle aussi l’avenir, sans révéler, dans sa nudité, où se trouvait sa combinaison, pour respecter la décence.


Et puis le ton changea. Ainsi à Paris (3e) le Professeur Hammon, patronyme, avec un seul m ensuite, qui donnera un ministre au président Hollande, publiait ses encarts dans lesquels il proposait l’horoscope de la chance « réussir dans vos affaires, entreprises, et aux loteries ». Hammon, au piano, une simple affaire de touches…


La voyante Amina, en rubrique Sciences Occultes, proposait ses services, pour «une étude scientifique des numéros gagnants à la loterie nationale, sur tapis astral ». En fils d’Ecosse? probablement...


Face à cette concurrence, le Fakir Birman publiait alors dans un huitième de page cette accroche « Avant l’achat d’un billet de loterie Pourquoi ne m’interrogez-vous pas ? Puisque je vous l’offre gratuitement ! ». Imparable, et d’écrire « je me suis spécialisé dans les rapports entre l’astrologie et la numérologie pour déterminer comment augmenter les chances à la loterie ». Rapports textuels, bien entendu!


Le 9 août 1935 la presse publiait des articles, « les statistiques de la chance » reproduisant les informations de la Loterie nationale, selon lesquelles, depuis son début le 21 septembre 1933,  les heureux gagnants se partagèrent 556 millions de francs de l’époque. L’état ayant encaissé, en échange, la somme de 4 milliards deux cents soixante millions de francs, de la part des parieurs malchanceux.


Un dernier chiffre pour estimer le marché entre le 21 sept 1933 et le 8 août 1935, en moins de 2 années : 4.540.964 gagnants de petites sommes. Et la Loterie d’affirmer alors, avec le système des 10e, ce chiffre total avoisinait, en arrondissant, les 20 millions.


Défilèrent alors les publicités les plus diverses sur l’attractivité du thème de la loterie dans le public :

- Le professeur Jordan de Nancy « Voici pour vous la fortune, Loterie Nationale, lequel obtient sans cesse des succès prodigieux et fait des heureux à chacun des tirages ».


- A Lyon le professeur Aour apportait « la chance du gain, offrant des chiffres spécialement étudiés en fonction de la date de naissance ». Quel dommage qu’il n’ait lu Morin, il pouvait en plus offrir les chiffres  gagnants sur la base du certificat de baptême. Coup double assuré!


- La publicité du professeur Olaf de Paris « mon numéro a gagné à la sixième tranche », on ignore combien le cake rapportait ce jour là pour évaluer le morceau!


- Le professeur Olaf modifia sa politique commerciale, en matière de loterie nationale, à partir du 5 mars 1935, en publiant le texte suivant dans ses encarts presse : "Le Professeur Olfa rappelle aux lectrices et aux lecteurs de ce journal (L'Intransigeant) qu'il n'offre pas de participation gratuite à la Loterie. Sa haute concience ne lui permet pas de profaner les Lois Sacrées de l'Astrologie par l'achat en série de quelques numéros. Ses fidèles lui en sauront grè, car ils ne comprendront pas à la lecture de leur horoscope gratuit que la chance de la loterie est régie par l'hamonie absolue des données de chaque individu...". De la numérologie gratuite, il introduisait la numérologie payante. En lui écrivant, le public recevait une offre payante pour la Loterie Nationale. Sa "haute Conscience" était bassement malhonnête. Avec un inconvénient supplémentaire, s'astreindre à une obligation de rendement, en application du code civil valable à cette époque comme actuellement. Une vision "court termiste" du marché potentiel des gogos.


- Afin de se refaire, après son procès perdu, le Fakir Tahra Bey, avenue Victor Emmanuel III à Paris, une prestigieuse adresse, proposait gratuitement sa consultation d’essai, pendant 8 jours, pour la chance à la loterie.


- Un professeur hindou, Omar Khan, évitez de confondre avec Strauss Khan (hindou d’alsace ?) « résolvait le problème des gains à la loterie ». Avec son talisman OM gratuit. Le Club de foot de Marseille avant l’heure. On croyait qu’il suffisait de suivre le commandement du prêcheur « jouez et gagnez ». Il manquait encore le « numéroscope » d’Omar Khan, pour tous ceux qui sont dans le besoin, à défaut d'écrire dans le K K?


- A Nice, Maître Moult indiquait tous les chiffres favorables à la loterie. De quoi en profiter, pour jouer en même temps à celle des Gueules Cassées, au profit de la caisse des invalides de 1914-1918.


- A Roubaix le professeur Benedict posait la question « gagnerez-vous prochainement à la loterie ? Si vos espoirs tendent réellement vers une vie meilleure je vous offre absolument gratuitement un horoscope gratuit ». Avec tant de « gras » d’annoncé certitude garantie d’en avoir, au moins, pour son argent.


Comme s'en vantait le professeur, tsigane, Djemaro, toutes ces personnes, à un titre, ou un  autre, pouvaient prétendre, elles aussi, à recevoir la qualité de «chevalier de l’ORDRE Universel du Mérite Humain en reconnaissance des services rendus à la collectivité pour leur apostolat en faveur des victimes de la souffrance financière, et de leurs actions généreuses en faveur de tous les mouvements de solidarité ». Rien de moins, ça vaut toutes les légions d'horreur.


Dans ses mémoires, commentées par Astroemail en 2013, le Fakir Birman (Mes souvenirs et mes secrets) évoquait au chapitre IV cette période sous le titre « la loterie ».

« Lorsque la loterie fut réintroduite, après avoir été interdite, ce fut une folie générale… ». Et de livrer, sur le ton de la confidence, les propositions reçues de la part de clients lui offrant de partager les gains fivty, fivty. « Ai-je besoin de dire qu’ils m’avaient tous fait des promesses éblouissantes dans des proportions véritablement sympathiques. »


Et de raconter, qu’après avoir fait gagner 500 000 francs à la loterie, à un garagiste de Périgueux, il reçut en remerciement des…truffes. Le Fakir oublia de préciser, le nombre des tubercules expédiées par colis postal, et le cours du jour. Il y en avait pour de l’argent. Il espérait une Mercédes Roadster, déception.


Et de raconter aussi la visite du capitaine du Xe d’infanterie venu lui proposer de faire les horoscopes des hommes du régiment, 1500 bidasses, désireux de gagner à la loterie. Gratuitement, bien sûr. Il refusa la proposition du gradé, et écrivit : « Dommage j’aurai pu faire graver de belles cartes de visite ainsi libellées « Fakir Birman, astrologue du Xe d’infanterie.» Une référence perdue, qui avait de la gueule, celle de Fournisseur officiel en astrologie de l'Armée Française. En échange de 1500 horoscopes sans ordinateur, de l'astrologie à la chaîne.


Il termina ce chapitre de ses Mémoires en rappelant un fait d’arme, croqué par le Canard Enchaîné du 4 mars 1936, par la publication d’une caricature relative à ses « tables de la chance ». En effet, il organisait des diners à Paris avec ses gagnants de la loterie et publiait ensuite la photo dans le journal comme publicité. Le volatile le croqua sous le titre la table de la fortune, avec détournement de sa devise « dans la nuit venez à lui », au lieu de « dans l’ennui », en compagnie de politiciens, comme le président Sarrault dessiné en patron du Sphinx (célèbre maison de tolérance parisienne de l’époque), Mistinguett, et Doriot en « salopard en casquette ».


La Loterie Nationale boosta le chiffre d’affaire des astrologues jusqu’à la guerre de 1939.


Puis, il leur fallu attendre l’élection de François Mitterrand, en 1981, pour recevoir un second coup de pouce, suffisamment significatif, à nouveau, à partir de 1985, et jusqu’au début des années 2000,  avec le développement des messageries roses du 3615 de la Presse. Jusqu'à ce que France Télécom ferme son kiosque moins compétitif qu'internet, mais aussi bien moins rentable, financièrement pour les éditeurs de contenus.


Une nouvelle faune faisait alors son apparition. Inquiétante.Celle des débitants d’astrologie, issus du minitel, spécialisés dans le commerce frelaté de l’hindouisme et du bouddhisme dégénérés. Dont certains présentent des signes caractérisés d’invalidité psychique. Propagateurs de maladies mentales contaminantes enrobées dans le karma. Notamment, dans le nombre, quelques mythomanes en liberté...non surveillés!


gdb et ct 05/15





Mémoires Annotées du Fakir Birman (en réédition)



   











"diffusion en matière juridique de renseignements et informations à caractère documentaire

en application de l'article 66-1 de la loi du 31/12/1971 reproduction interdite"

Une - Actualités-Editeur -AstroDiko - Astrosofie - Blog -Culture - Magazine - Legalis - Mystifications - Société


                                                  Engagement consommateur   droits intellectuels

                         

                                       ©2017-2003 Tous Droits Réservés www.astroemail.com  ISSN 2267-2702