Get Adobe Flash player





lune, nouvelle lune,marc neu,explications des nouvelles lunes,éclipses synodique de soleil





Quand la Lune se trouve ailleurs  




© 2015 ASTROEMAIL DR reproduction interdite


qu'à l'endroit où les astrologues la situent...




Les astrologues font de l'astronomie imaginaire, voici deux exemples de nouvelles lunes...

 


Marc Neu dans tous ses états d’ignorance en matière de Lune

On trouve dans la revue à laquelle Marc Neu collabore l’affirmation suivante :

« Chaque mois la Lune termine son cycle et en commence un nouveau en se plaçant au même point zodiacal que le Soleil, c’est ce que nous appelons la « nouvelle lune ».[1]

Ainsi donc selon Marc Neu la Lune a une course zodiacale.


Comment cela serait-il possible ?

 Dans son article il mettait la Lune du 31 juillet 2011 au degré sidéral 127, comme une planète libre, interplanétaire. Il signalait la nouvelle lune du 29 aout 2011 au degré sidéral 155°28.


Vérifions tout simplement si tout cela est vrai.

Tout d’abord la Lune satellite de la Terre, en conséquence, elle ne peut s’en éloigner de plus de 405 000 km en moyenne. Comment pourrait-elle se trouver au même point –zodiacal- que le Soleil ? Mystère de Neu !


En effet le Soleil se trouve à environ 150 millions de km de la lune, et en conséquence il ne saurait se placer au même point que la Lune, car alors nous serions tous grillés par la chaleur. Simple évidence.


Si donc ni la lune, ni le soleil, ne se placent au même point, zodiacal, ou non, où se situait la Lune les 31 juillet et 29 aout 2011 ?


Selon le LRO de la Nasa, Lunar Reconnaissance Orbiter, et son calendrier des nomenclatures lunaires :


-La Nouvelle lune était le 30 juillet à 18h40 et non le 31 comme l’affirmait Marc Neu à 20h42TU. Ses éphémérides sont défectueuses. La Lune était à 127°15 de longitude sélénographiques. C’est  dire locales, sur son orbite, au lieu de sidérale. Et son élongation par rapport au soleil était de 359°59’58’’.


un dessin vaut toutes les explications, ci dessus Terre et Lune réelles, et en face, la lune imaginaire de Marc Neu


-Le 29 août à 155°27’ de son orbite (à 03h04 TU et non 05h07), et son élongation de 359°59’59 ‘’.

Nous en déduisons que sur son orbite, à 371 468 km le 30, et 362 983 km, de la Terre, le 29 août, soit 8458 km de différence de rayon entre les deux dates.


autre dessin pour la Nouvelle Lune suivante


Bien entendu celles, et ceux, ayant une lecture superficielle, s’écrieront, Marc Neu avait raison la lune se trouvait à 127 et 155 de longitude, des chiffres semblables à ceux qu’il donnait.


Justement non !

Souvenez-vous, la lune est un satellite de la Terre, donc, la longitude sidérale de la terre les 31  juillet et 29 août 2011, donneront celles de la Lune. CQFD !


Quelles sont-elles ?


La Terre, les astrologues ignorent où la situer.  

                                                    

La Nasa nous donne ses positions.

-Le 30 juillet 2011 la terre était à 307° de longitude sidérale

-Le 29 août 2011 la terre était à 335° de longitude sidérale


Voila donc les deux longitudes réelles de la Lune. Lesquelles, ainsi que vous le constatez ne sont pas au même point zodiacal que le soleil. Vous avez les dessins ci dessus pour visualiser les positions.


Parce que le Soleil est central, lors de la nouvelle lune, lune et terre se positionnent pour former un alignement avec le soleil. Retranchez 180° de 307 et 335, vous aurez alors la position solaire « apparente ».127 le premier,155 pour l’autre.



Cela signifie, que lorsque sur son orbite la Lune se trouvait à 127 et 155, locales, le 30 juillet et le 29 août elle s’alignait entre la terre et le soleil pour former l’éclipse synodique de nouvelle lune. En réalité la Lune se trouvait sur la longitude sidérale 307, laquelle n’est pas « zodiacalement » la même que celle du soleil à 127 le même jour.


Marc Neu a besoin de prendre des cours d’astronomie. Lorsqu’il écrivait « la nouvelle lune du 31 juillet prend place dans le signe du lion », c’est exactement l’inverse. Peu lui importe, Marc Neu est un astrologue, c'est-à-dire rompu à raconter des calembredaines à ses clients, et donc à faire usage d’une astronomie de l’imaginaire, sans se soucier de la vérité des configurations, ni de l’exactitude des positions orbitales. Comment s'étonner ensuite que les prévisions, ordinairement, foirent. Par absence de rigueur professionnelle. Tout simplement...


gdb


[1] Astr’oh n°8 aout septembre 2011


04/15  

   











"diffusion en matière juridique de renseignements et informations à caractère documentaire

en application de l'article 66-1 de la loi du 31/12/1971 reproduction interdite"

Une - Actualités-Editeur -AstroDiko - Astrosofie - Blog -Culture - Magazine - Legalis - Mystifications - Société


                                                  Engagement consommateur   droits intellectuels

                         

                                       ©2017-2003 Tous Droits Réservés www.astroemail.com  ISSN 2267-2702