SUPERCHERIES : LES FAUX VOYANTS GAGNENT DES MILLIONS


En promettant aux crédules richesse et santé

 une activité délinquante qui prospère dans l'indifférence



La société accorde peu d'intérêt aux simagrées des divinateurs au point de leur laisser le champ libre sans s'inquiéter particulièrement des sinistres causés par leurs activités. La répression se fait à la marge, lorsque les faux pas sont manifestes. Ce qui explique l'impression de liberté avec laquelle les malfaisants développent leurs commerces de promesses.



Vous êtes un Charles…abuseur de belles paroles

Nul besoin d’offrir autant, il suffit, comme le faux voyant Rambert, d’affirmer que consulter son offre de voyance payante à 40ct/la minute de consultation apporte « de nombreux bienfaits ». Vagues promesses,  imprécises, d’avantages destinées à étoffer principalement les revenus du faux voyant Rambert, en distillant du poison mental, comme toutes les annonces mirobolantes des divinateurs. Peu importe les affirmations commerciales selon lesquelles la prestation serait fournie par « une excellente équipe de voyants ». Non cotée. Le consommateur ne dispose d’aucun moyen de le vérifier puisque le faux voyant Rambert ne communique ni noms, ni références sincères. On remarquera sur le plan sémantique que le mot excellent est synonyme de divin. Racine du mot divinator, divinateur en latin. Deviner s’écrit devino, dont le participe passé est divinatus. A rapprocher de divitatio l’action de s’enrichir. Ce qui donne comme formule latine divino est divitatio. Deviner c’est s’enrichir. Ce qui explique l’adage divina scelera le crime contre les dieux. Car prophétiser caractérisait la nature divine.


Proposition mensongère, que celle diffusée par le faux voyant Rambert, consistant à affirmer la gratuité de sa voyance audiotel hors coût de communication à 40cts la minute de consultation, sans indication du prix de l’appel à l’acte. La notion de gratuité est définie au 19° de l’article L.121-1-1 du code de la consommation, en qualité de prix inévitable. Or 40cts d’euro la minute de consultation correspond au payant, sans caractériser le prix inévitable au sens du gratuit audiotel, puisque l’ARCEP a défini des paliers spéciaux, sur lesquels le consommateur ne paie rien, 0ct la consultation et 0ct l’acte d’appel sur les paliers 0800 à 0809. Le palier 0892, sur lequel le faux voyant Rambert propose ses prestations, correspond à un palier surtaxé sur lequel il NE PEUT PAS Y AVOIR de GRATUITÉ. Pour l’avoir écrit, le faux voyant RAMBERT m’a assigné en diffamation le 28 février 2017, au motif selon la phraséologie de son avocate « impute à M RAMBERT d’être un voyant malhonnête et escroc qui tromperait, au moyen d’un véritable système organisé le consommateur en surtaxant abusivement leurs consultations téléphoniques via une publicité trompeuse ou encore en vantant abusivement ses prestations.» C’est une technique d’intimidation de soutenir, contre l’évidence, offrir du gratuit en faisant payer, et demander aux juges d’arbitrer. Nous verrons bien la suite ! Pourquoi citer ce fait ?


Parce qu’à la même date paraissait en allemand, un article de la journaliste Lena Wurgler sur les techniques des faux voyants qui ramassent des millions d’euros. Papier que nous a transmis M Pascal TONNERRE responsable de la publication Arnaques-info, adhérent de Que Choisir, que je remercie. Présenté comme une enquête, cet article brasse des biais cognitifs, sans parvenir à cerner le problème. Mme Wurgler évoque les exploits de Démétrio de Angelo qui « fila une mémorable peignée » en 2016 au faux voyant Rambert en terme de classement. Le faux voyant Rambert use complaisamment des adjectifs : meilleur, bon, premier, excellent, qualité, vrai, ainsi que des classements ronflants. A ce titre il tirait profit d’un faux classement, établi sur tirage d’imprimante, par un malfaisant de New York, selon lequel il était meilleur des meilleurs de France, d’Europe et des USA. Il aurait dû ajouter du Monde. Sauf si ses connaissances géographiques sont limitées, au point de considérer que la France, l’Europe et les USA constituent le Monde. Impressionnant d’imbécillité.


Le faux voyant Rambert aurait dû penser à la concurrence, car en Europe, le faux voyant Démétrio de Angelo faisait encore mieux que le faux voyant Rambert. J’en avais fait un écho ironique l’été 2016, suite à une annonce d’Arnaques-info, qui me valut à nouveau d’être cité à comparaître, pour diffamation, par le faux voyant Rambert, le 28 février 2017, au motif cette fois, selon son avocate, que « ce texte impute à Monsieur RAMBERT d’être un voyant, dont le classement résulte d’une élection bidon, et qui trompe surtout sa clientèle par des prestations de voyance pénalement condamnables, relevant de l’escroquerie ». L’avocate du faux voyant RAMBERT veut faire croire que la pratique des arts divinatoires est légale, alors que depuis 1843, il est constant, en tout cas en France, que faire croire contre argent à son don oraculaire caractérise une escroquerie. Des politiciens, dont un ancien ministre, veulent légaliser la cocaïne. On ne s’étonnera pas, dans ces conditions, qu’une avocate souhaite obtenir en justice la respectabilité de la fausse voyance. Une de ses consœurs, dans le sud de la France rédige des « contrats » au sens du code civil pour les prestations commerciales d’une sorcière. Ex shampooineuse reclassée de l’artifice de la perruque dans ceux des simagrées divinatoires. Une façon de rester dans le postiche après tout. Un des confrères, de cette avocate, améliorait ses revenus, en pratiquant les extorsions de sommes d’argent, contre les clients d’un site internet de voyance, dans une grande ville. J’écris améliorait au passé simple, parce que suite à intervention, le Préfet fit coffrer l’avocat par les services de police. Cela nous ramène à l’article paru en allemand, retraçant plusieurs cas de grand rapports financiers, dont celui de Maria Duval, de Patrice Guérin, Nicole Delya, Madame Gloria et de la baronne de Rothman. Ce dernier nom indique que l’auteur de cette tromperie est un fumeur, à raison de la citation de sa marque de cigarettes préférées.


Selon l’article de presse, les faux voyants et les médiums cibleraient les personnes âgées du monde entier. Il s’agit du biais cognitif trompeur dit de l’erreur de confirmation : catégoriser les crédules par âge et origine sociale sur la base d’une observation factuelle. L’affaire Maria Duval et Patrice Guérin, révélée par le Tribunal de l’Est de New York, le 9 mai 2016, ciblait «one million Americans, many of whom were elderly or in financial distress, un million d’américains au nombre desquels des personnes âgées ou en situation de détresse financière ». Le chiffre a son importance car l’affaire Maria Duval relève d’un délit postal américain, et non d’une répression de la voyance en tant que telle. Au nombre de ce million d’américains se trouvaient, notamment, des catégories protégeables telles que les personnes âgées, dont les capacités intellectuelles sont considérées comme déclinantes pour motif de sénilité. Ainsi que les personnes pauvres ou endettées. Sans caractériser la majorité du panel. L’intérêt de la distinction est important, et c’est dommage que Mme Wurgler ait fait cette impasse. La raison tient au fait que les faux voyants pratiquent le marketing direct sur fichiers. Avec une différence notable, ils achètent aux sociétés spécialisées les fichiers les moins chers. Contrairement à ce que l’article paru soutient, il était nécessaire d’enquêter chez les professionnels du mailing afin de connaître les prix pratiqués pour évaluer la rentabilité de ces opérations. C’était plus intéressant que de publier les fac similés des fausses photos de Démétrio de Angelo.  Les faux voyants sont « tombés » pour une affaire de fraude au mailing relatif à quatre articles du code des postes américain. Une affaire dans laquelle une société de marketing direct canadienne était elle aussi poursuivie. Une indication selon laquelle, les faux voyants sont eux même victimes de leurs prestataires. Un problème de lunettes et de verres correcteurs vraisemblablement !

                                                                                                                                  

La répression des faux voyants comporte un caractère accidentel et aléatoire.

L’article de presse cité use, aussi, du biais cognitif dit du survivant, consistant à soutenir que les faux voyants, et leurs tromperies, jouissent d’une quasi impunité dans la durée. Affirmant que les « mises en garde des associations de consommateurs n’ébranle pas les croyances des victimes ». Rétablissons les faits. Les associations de consommateurs, en tout en cas en France, sauf exception, dont le RAA sur le segment des annonces magazines et postales, sont pour la plupart absentes. Les organisations de consommateurs ne peuvent occuper un rôle moteur dans ce qu’il convient d’appeler « la détromperie », ou encore la défraude. Au motif que la croyance divinatoire est une affaire de famille de pensées, et d’effets de stéréotypages. La cessation des travers intervient lorsque des situations saillantes se manifestent. Donc l’impunité présumée ne résulte pas de l’endurcissement délinquant causé par la tolérance.


Ainsi les affaires Divinitel et Vanessor, en France, au cours des années 1990 à 2000 à raison de la survenue de décès, notamment les suicides de plusieurs femmes, mobilisèrent le Procureur de Paris, suite aux actions des familles endeuillées. Sans mort d’homme le parquet restait indifférent. Pour reprendre la chanson de Gilbert Bécaud « les mauvais coups, les lâchetés, quelle importance ?...Un homme marche, tombe et crève dans la rue, personne ne le remarque…l’indifférence ».


Il n’y a pas impunité, mais désintérêt public, ce qui est différent.


Lorsque les affaires surviennent, les spécialistes, connaissant les textes de lois, sont les mieux à même d’obtenir un résultat significatif. Traquer les mailings de Mme GLORIA constitue une perte de temps. Il est préférable de les conserver en prévision de son faux pas. Lorsque l’on analyse les jurisprudences, rares sont les cas de poursuites d’office par les autorités. A propos des abus en matière d’horoscope il a fallu l’action volontaire, et déterminée, de la princesse Grimaldi de Monaco pour faire cesser des pratiques de presse. De même pour la protection de la vie privée, et les atteintes en matière d’horoscope des enfants. L’action de l’ex présentatrice de TF1, Claire Chazal, à propos de son fils avec le présentateur Poivre d’Arvor, est à l’origine d’une avancée judiciaire contre la divination. Dans le même registre il faut aussi citer l’affaire Gregory Villemin, à l’origine de la condamnation de l’astropsychologie.


L’analyse attentive de la jurisprudence montre que le faux pas du divinateur épinglé est sanctionné sans état d’âme. L’astrologue Verriez refusait de payer sa tva prétextant qu’il était professeur de divination. La Cour administrative d’appel de Bordeaux le sanctionna au motif du non exercice d’une profession. Un faux voyant du Poitou Charentes refusait de payer la tva sur ses prestations, idem. On pourrait appeler ces décisions des petits cas. Alors qu’elles concernent la sanction ordinaire des dérobades, et du fictif.


Le biais du survivant, consistant à soutenir le caractère durable du fait exceptionnel, caractérise un trompe l’œil. La poursuite des mailings de Marcos Von Ring, et d’autres de son espèce, ne signifient pas que leurs campagnes de marketing direct soient exemptes d’accrocs d’importance. Le destinataire de la lettre l’ignore, tout comme le journaliste. Les divinateurs sont sanctionnés, contrairement à ce que l’absence d’informations les concernant laisserait croire. Ces condamnations sont moins visibles, et dépourvues de publicité dans les médias. D’ailleurs on peut douter de l’objectivité du support lorsqu’il accueille régulièrement les annonces divinatrices, dans ses pages spécialisées, au titre de ses ressources financières.  


Gilbert Bécaud résumait dans sa chanson, l’indifférence, la situation que l’on observe dans la répression des divinateurs « l’indifférence elle fait ses petits dans la boue. Y’a plus de haine. Y’a plus d’amour. Il n’y a plus grand-chose ». Excepté la vigilance contre les malfaisants, les nuisibles et les profiteurs de détresses.



 Tarif ARCEP du gratuit sur les paliers audiotel 0800 à 0809 alors que le palier 0892 est payant

φct 03 mars 2017




















"diffusion en matière juridique de renseignements et informations à caractère documentaire

en application de l'article 66-1 de la loi du 31/12/1971 reproduction interdite"

Une - Actualités-Editeur -AstroDiko - Astrosofie - Blog -Culture - Magazine - Legalis - Mystifications - Société


                                                  Engagement consommateur   droits intellectuels

                         

                                       ©2017-2003 Tous Droits Réservés www.astroemail.com  ISSN 2267-2702