Chronique du maraboutage : l'affaire Mamadou

COMMENTAIRE DE L'ARRET DE LA COUR D'APPEL DE RENNES DU 28 septembre 2011






Avez-vous été pigeonné(e) par le professeur Mamadou ?


Marabout et bornes de la Crédulité


L'arrêt de la Cour de Rennes fait un rappel en matière de bornes de la crédulité. Une personne victime d'un marabout avait saisi le fond d'indemnisation des victimes de délit pénal après avoir versé prés de 9 000 € à un marabout, et engagé une plainte. Le marabout fut relaxé des chefs de l'escroquerie au retour d'affection. Fait cité dans l'arrêt. L'espèce note que s'il s'était agi de promesses de soin il en aurait été autrement. Au regard d'une affaire actuellement en cours, il est permis d'en douter.


L'arrêt s'inscrit dans la série des décisions dans lesquelles la Justice renvoie les victimes à leurs égarements. Il faut en déduire que si vous donnez votre argent contre des promesses, à un voyant, parce que vous croyez ses boniments, tant pis pour vous. La Justice vous demandera de prouver qu'il a fait PLUS que s'auto attribuer des pouvoirs illusoires pour le condamner. La Justice demande aux crédules de faire un effort supplémentaire, en passant au niveau supérieur du réalisme.Il est connu que l'activité de voyant caractérise un exercice de tromperies. Afin de poursuivre le voyant pour escroquerie il faut que ce dernier en fasse plus, en matière de mise en scène, que de se faire imprimer des cartes de visite sur lesquelles il est écrit voyance. Autrement dit la Justice ne fera rien pour aider celles, et ceux, qui se persuadent des pouvoirs divinatoires illusoires. Pour qu'il y ait escroquerie il faut une mise en scène. En somme du cinéma.Ainsi que le dit l'arrêt pour ''augmenter le pouvoir de persuasion''.Par exemple avec des manoeuvres extérieures destinées à accroitre la force de suggestion. Comme par exemple le fait de ''faire certifier'' ses pouvoirs à New York par une organisation bidon. Avec un faux marquis d'opérette. Via un pseudo annuaire décernant des médailles en toc, pas même bonnes pour décorer les arbres de noël. Plusieurs voyants, français, seront appelés à s'expliquer, à cet effet, au premier trimestre 2017. Notamment des fripouilles ayant voulu faire chanter à astroemail Les 4 Saisons de Vivaldi sur une musique piratée. Un moment d'égarement imbattable question délicatesse. La note sera présentée. Tout à un prix!


Cet arrêt ressemble à une douche froide pour une grande partie des crédules. Lesquels se réveillent lorsqu'ils découvrent que les promesses entendues ne sont pas tenues. Et que leur argent s'est envolé sans retour. Lorsque l'on débriffe leurs témoignages on s'aperçoit, le plus souvent, qu'ils manquent même de preuves.L'adage anglais ''born stupid, stay stupid'' se vérifie dans les faits. ct



CA Rennes, 28-09-2011, n° 09/03995

5ème Chambre

ARRÊT N°360

R.G : 09/03995

M. E....

C/

FONDS DE GARANTIE DES VICTIMES D'ACTES DE TERRORISME & D'AUTRES

INFRACTIONS

Confirme la décision déférée dans toutes ses dispositions, à l'égard de toutes les parties au

recours


RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

COUR D'APPEL DE RENNES

ARRÊT DU 28 SEPTEMBRE 2011

COMPOSITION DE LA COUR LORS DU DÉLIBÉRÉ :

Madame Marie-Gabrielle LAURENT, Président,

Monsieur Patrick GARREC, Conseiller,

Madame Agnès LAFAY, Conseiller,

GREFFIER :

Catherine VILLENEUVE, lors des débats et lors du prononcé

MINISTERE PUBLIC :

Auquel l'affaire a été régulièrement communiquée.

DÉBATS :

En chambre du Conseil du 28 Mars 2011

devant Monsieur Patrick GARREC, magistrat rapporteur, tenant seul l'audience, sans opposition des représentants des parties, et qui a rendu compte au délibéré collégial


ARRÊT :

Contradictoire, prononcé par Madame Marie-Gabrielle LAURENT, Président, en chambre du Conseil du 28 Septembre 2011 ; date indiquée à l'issue des débats : 01 juin 2011


****

APPELANT :

Monsieur E...


INTIMÉ :


FONDS DE GARANTIE DES VICTIMES D'ACTES DE TERRORISME & D'AUTRES INFRACTIONS

64 rue de France

94682 VINCENNES CEDEX


représenté par la SCP D ABOVILLE DE MONCUIT ST HILAIRE, avoués

assisté de Me François-xavier GOSSELIN, avocat


***********

I - CADRE DU LITIGE :

A - OBJET :

Action en indemnisation de sommes versées entre fin avril 2007 et la mi-juillet 2007 à un intervenant revendiquant certaines capacités médiumniques, prises en défaut dans le cas d'espèce, engagée par M. E... contre le FONDS DE GARANTIE DES VICTIMES D'ACTES DE TERRORISME ET D'AUTRES INFRACTIONS sur le fondement de l'article 706-14 du Code de procédure pénale.


Le litige tient dans le fait que le FONDS DE GARANTIE objecte à la prétention du poursuivant, ce que réfute à tous égards ce dernier,

- que, poursuivi du chef d'escroquerie, M. D a bénéficié d'une ordonnance de non - lieu le 28 avril 2008 ;


- que M. E.. ne démontre pas qu'il a été victime d'agissements caractérisant l'élément matériel du délit d'escroquerie visé à l'article 706-14 du Code de procédure pénale, ce qui a, d'ailleurs, justifié le non-lieu intervenu sur réquisitions du Parquet du Tribunal de Grande Instance de LORIENT, décision dont il n'a pas été relevé appel et qui est donc définitive ;


- que la Commission est tenue par la qualification des faits retenue par la juridiction pénale.


B - DECISION DISCUTEE :

Décision de la Commission d'Indemnisation des Victimes d'Infractions siégeant au Tribunal de Grande Instance de Lorient en date du 6 mai 2009 qui a :

- débouté M. E.. de sa requête en indemnisation,

- laissé les dépens de la procédure à la charge du Trésor Public.


C - MOYENS ET PRETENTIONS DES PARTIES :

M. E...a relevé appel de la décision par déclaration enregistrée au greffe de la Cour le 9 juin 2009.


Il a signifié, et déposé au greffe de la Cour le 24 décembre 2010, ses ultimes conclusions d'appelant accompagnées, par envoi du 17 mars 2011, d'un bordereau récapitulatif visant 15 documents versés aux débats en première instance et une dernière pièce, N° 16, communiquée le 17 mars 2011.

Le FONDS DE GARANTIE DES VICTIMES D'ACTES DE TERRORISME ET D'AUTRES INFRACTIONS a signifié, et déposé au greffe de la Cour le 3 février 2011, ses ultimes conclusions

d'intimé.


II - MOTIFS DE LA DECISION :

Il est de jurisprudence ancienne et toujours en vigueur que ni les décisions de classement sans suite prises par le Parquet, ni les ordonnances de renvoi ou de non-lieu prises par le Juge d'Instruction sur les réquisitions du Parquet, n'ont autorité de chose jugée sur le civil, cette règle reposant sur le constat, général, applicable à ce type de décision judiciaire, qu'elles sont révocables, lorsqu'il s'agit, en particulier, des ordonnances de non-lieu, et ne préjugent en rien, lorsqu'il s'agit des ordonnances de renvoi, de ce que sera la décision de la juridiction pénale statuant au fond.


Dans ce contexte, le moyen tiré par le FONDS DE GARANTIE de l'absence d'appel de l'ordonnance litigieuse est inopérant et la réfutation de cette objection par l'appelant est d'autant plus inutile que l'intimé ne lui oppose pas expressément la forclusion de son action en application de l'article 706-5 du Code de procédure pénale, ce qui prive d'intérêt ses observations (page 3 § 2 alinéas 2 et 3 de ses conclusions).


N'a pas plus d'intérêt le moyen opposé par l'intimé tiré du fait que, selon sa thèse, la Commission est tenue par la qualification des faits retenue par la juridiction pénale puisque, précisément, aucun jugement au fond n'a été porté sur la qualification des faits évoqués par M. E...


Au fond, l'appelant justifie par le biais des pièces de l'enquête de police insérée dans les actes de la procédure d'instruction (pièces D1 à D73) du fait qu'il a été amené à verser à M. D.., alias MAMADOU, en plusieurs fois, la somme qu'il évalue actuellement à 8970 €, somme qui, il faut le noter, excède largement le plafond de l'indemnité qu'il est fondé à solliciter du fonds de garantie en application de l'article 706-14 du Code de procédure pénale, soit 3 fois le plafond de ressources déterminant l'octroi du bénéfice de l'aide juridictionnelle partielle (1367 € X 3 = 4101 € en 2009).


Cette somme a par lui été versée, à n'en pas douter, dans le contexte qu'il décrit soit, sur sa croyance :

- en la capacité médiumnique mise en avant par son interlocuteur aux termes d'un prospectus publicitaire et d'un contact immédiat,


- en la possibilité, par le biais de rites accomplis selon le protocole mis en oeuvre par les marabouts, personnages ayant des pouvoirs de devin et de guérisseur, de ramener à lui une relation sentimentale qui l'avait quitté,


- en un certain rapport logique susceptible d'exister entre le prix acquitté entre les mains de l'intervenant et l'efficacité du rite mis en oeuvre, ceci tenant compte de la résistance du sujet visé par la manoeuvre de manipulation mentale à satisfaire les injonctions ou suggestions de l'intermédiaire doté de pouvoirs médiumniques.


Or, il n'y a pas dans cette situation, dans ce mécanisme mental, de manoeuvres imputables audit intermédiaire et l'élément matériel du délit d'escroquerie fait donc défaut étant constant que cet

élément matériel ne peut, selon la jurisprudence, résulter d'un simple mensonge, fut-il réitéré, mais doit correspondre à des manoeuvres extérieures, indépendantes de ce mensonge, en augmentant la puissance de persuasion.


En l'espèce, il n'est pas établi, ni même suggéré, que M. D... a, par des biais divers, excipé d'une qualité à laquelle il ne pouvait prétendre au regard même des conditions qui sont observées en Afrique pour la reconnaissance du statut de marabout : il n'est ni allégué ni démontré que les rituels mis en oeuvre, tels que décrits par le poursuivant, sont proprement fantaisistes aux yeux mêmes des praticiens avertis des formules couramment employées dans les cultures qui ont vu naître la croyance attribuée aux marabouts.

Il n'est pas plus établi que M. D.. s'est présenté comme ayant une autre qualité que celle de marabout (médecin, psychologue diplômé...), devin et guérisseur et qu'il a créé cette façade par de quelconques mises en scène accréditant, avec le concours de tiers, faux témoins, l'efficacité de ses pratiques.


Si l'on écarte, comme il se doit, tout jugement de valeur sur les croyances et pratiques culturelles propres à chaque société humaine, l'appel fait à un marabout, à une diseuse de bonne aventure, à un guérisseur, à un voyant, à un astrologue relève forcément d'un choix individuel et la pratique deces activités n'est pas prohibée, sauf la limitation assignée en cas de pratique illégale de la médecine.


La croyance en l'occultisme, la passion que l'art divinatoire suscite n'ont d'égale, parfois, que celle du jeu et les mêmes réflexes psychologiques emportent, dans le cadre d'activités non interdites par la loi, les mêmes conséquences financières désastreuses dont, de la même façon, les personnes emportées sur la pente fatale n'appréhendent le caractère dommageable qu'en vérifiant trop tard, et après coup, que leur certitude d'atteindre le résultat visé (cas de l'espèce) ou de 'se refaire' (cas de la pratique compulsive du jeu) relevait de l'illusion.


Ce n'est pas pour autant qu'il y a dans tous les cas 'abus de faiblesse' et, en tout état de cause, comme le souligne l'intimé, l'abus de faiblesse, qui répond à des conditions strictes visées à l'article 313-4 du Code pénal, ne participe pas des infractions dont l'article 706-14 du Code de procédure civile évoque qu'elles peuvent justifier indemnisation.


L'oeuvre de justice s'accomplit dans le cadre des lois en vigueur, en fonction des éléments de preuve qui sont fournis, notamment par la victime, pour justifier du fait qu'elle n'a pas seulement été victime d'un moment d'égarement, aurait-il duré tout de même près de 3 mois en l'espèce, mais de techniques éprouvées de nature à l'enfermer dans sa démarche illusoire : la simple circonstance que M. D... se serait montré de plus en plus 'gourmand' ne relève pas, a priori, de ces techniques puisque malgré les menaces implicites de 'mauvais sort' pouvant découler du refus de poursuivre la tentative d'entrée en contact avec la personne avec laquelle l'appelant souhaitait renouer des liens, ce dernier a su, après échec des rites pratiqués en mai 2007 pour lesquels il avait, sans hésiter, versé 6000 € en deux règlements après une prise de contact remontant à moins de 15 jours (P.V. cote D2), se rendre au Commissariat de Police à la mi-juillet sur le constat de l'échec des manoeuvres destinées à ramener à lui son amie et du coût de cet échec.


N'entre pas plus dans de telles pratiques le fait, tout aussi dissuasif pour le maintien du contact, que M.D.. s'est autorisé, tout simplement, à lui emprunter 1000 € dès le 10 mai 2007, ce qu'il a accepté sans contrainte dans la croyance d'un remboursement ultérieur, attitude qui, normalement, aurait dû l'alerter d'entrée de jeu sur les visées de celui-ci et sur sa compétence en tant que marabout détenteur d'un pouvoir médiumnique : aucun des agissements imputés à l'intéressé ne s'inscrivent donc dans le schéma d'une manoeuvre destinée à détourner sur le long terme d'importantes sommes d'argent mais ces agissements, par leur nature même, sont significatifs d'une avidité ordinaire qui devait, au contraire, arrêter net l'élan de l'appelant, si convaincu soit-il des vertus de l'art divinatoire et des pouvoirs en la matière d'un marabout.


En l'absence d'élément matériel caractérisant en l'espèce l'infraction d'escroquerie, soit en l'absence de manoeuvres utiles destinées à maintenir M. E. dans la conviction que le résultat visé serait atteint un jour ou l'autre, l'appelant ne peut qu'être débouté de sa demande fondée sur l'article 706-14 du Code de procédure pénale.


Il n'apparaît pas inéquitable que le FONDS DE GARANTIE intimé conserve à sa charge les frais irrépétibles issus de la procédure et celui-ci est en conséquence débouté de sa demande fondée sur l'article 700 du Code de procédure civile.


Perdant sur son recours, M. E.. ne peut lui-même qu'être débouté de sa demande ayant le même fondement.


III - DECISION

- Confirme la décision déférée,

- Ajoutant,

Rejette les demandes d'indemnisation de frais irrépétibles réciproques formulées par M. E.. et par le FONDS DE GARANTIE DES VICTIMES D'ACTES DE TERRORISME ET D'AUTRES INFRACTIONS sur le fondement de l'article 700 du Code de procédure civile,

Vu les articles R 91 et R 92-15ème du Code de procédure pénale, laisse les dépens d'appel à la

charge du Trésor Public.

LE GREFFIER, LE PRESIDENT,


φclaude thebault

éditeur d'astroemail

12/2016












"diffusion en matière juridique de renseignements et informations à caractère documentaire

en application de l'article 66-1 de la loi du 31/12/1971 reproduction interdite"

Une - Actualités-Editeur -AstroDiko - Astrosofie - Blog -Culture - Magazine - Legalis - Mystifications - Société


                                                  Engagement consommateur   droits intellectuels

                         

                                       ©2017-2003 Tous Droits Réservés www.astroemail.com  ISSN 2267-2702