François Bayrou : un lapin de garenne



mots clés : Bayrou,2012,presidentielles françaises,valérie darmandy,fabrice pascaud      



 





MISE A JOUR/UPDATE


DÉCEMBRE 2013


Lorsque les éphémérides des astrologues abusent et faussent le jugement

Janvier 2012, cette page était créée, et les cartes, publiées selon le système géocentrique des astrologues, montraient une occupation de "Jupiter en Bélier". Le raisonnement traditionnel des astrologues appliqué à cette situation est la suivante : un "passage" sur un point de naissance déclenche une réaction. Cette conclusion figure encore en bas de cette page, selon laquelle, par application des "éléments" de la tradition, Bayrou avait une première chance. Pour cette affirmation on m'a ridiculisé à plusieurs reprises. Ma vie en a vu d'autres. Je me suis relevé à chaque fois par obstination du besoin de comprendre.


La mise à jour de cette page, en août 2012, suite à l'échec du candidat Bayrou en avril et mai 2012, était rédigée, elle aussi, selon le mode des astrologues. L'explication avancée, selon cette approche, était que la "relation" Uranus Pluton entrava l'action de Bayrou. Le texte de cette mise à jour figure encore ci dessous.


Janvier 2012 la "candidature" Bayrou testait grandeur nature, l'argument classique traditionnel dit "du passage planétaire sur un point de naissance présumé de première catégorie, Jupiter".. Ce passage finalement se révéla décevant. Les "principes" classiques ne fonctionnent pas. Les excuses faciles : "faute à pas de chance", "mauvais", " manque d'argent pour sa campagne" constituent des échappatoires non des réponses.


Le constat publié en août 2012 était "rien n'a fonctionné comme prévu". Aucun "aspect" ne faisait blocage. Uranus et Pluton "s'occupaient d'autre chose" que de barrer Bayrou, personnage de second plan présumé avoir Jupiter bien placé.


Ma conviction était quelque chose clôchait. Quoi? J'étais le seul à raisonner conformément aux "règles". Les "autres", les astrologues, pirouettaient sur le sujet, à qui mieux mieux. Me ridiculisant d'avoir écrit "première chance".


A Astroemail nous avons cherché, cherché, cherché. Jusqu'à ce que nous intéressions aux positions orbitales réelles. Les astrologues emploient des données sans les contrôler, en imaginant que la terre est le centre du monde. Forcèment lorsque leur recueil d'éphémérides indique Mercure rétrograde, ils imaginent tous "la planète fait marche arrière". Sauf qu'au même moment la terre rétrograde, elle aussi. Nous sommes les seuls à Astroemail à rapporter cette preuve. Alors la règle est simple. Si la terre recule, sans que nous rajeunissions, c'est qu'il s'agit tout bonnement d'un mirage. Sur son orbite la planète est en première, au lieu de la marche arrière. Si la terre rétrogradait, vraiment, ce serait le retour des dinosaures. Les seuls que l'on connait font de la politique.


C'est ainsi qu'en vérifiant, position, par position, la Roue de Bayrou, je découverais que la position indiquée en astrologie de Jupiter Bélier est INEXISTANTE. Bayrou a Jupiter sur 357 de longitude. Ce qui se passait en avril et mai 2012 ne le concernait donc pas. Les éphémérides mentaient. Les astrologues, qui se moquaient de moi, fonctionnaient sur des choix partisans, au lieu de considérer le problème de cette élection en fonction de son énoncé. Aucun de mes contradicteurs ne formulait la bonne équation pour la raison qu'ils employaient ce que l'on nomme le biais de cohérence. Consistant à faire coïncider leurs impressions, et préjugés, avec leurs prévisions. Leurs analyses étaient biaisées, faussées par un raisonnement défectueux. Ou par une totale absence de raisonnement. Ce qui revient au même.


La conclusion écrite en janvier 2012, en bas de cette page, devenait provisoire. La conclusion finale étant qu'en fonction de ses positions orbitales, Bayrou se transformait en lapin de garenne, un lièvre de campagne électorale.


Les "astrologues" pensent s'en tirer avec la pirouette selon laquelle ils "savaient déjà" au leur pifomêtre que Bayrou était un mauvais gibier de chasse.


La différence, entre eux, et moi, est qu'il est nécessaire de le prouver, au lieu de camper sur des opinions préconçues. Le pronoctic dans une élection de ce type étant de considérer les chances des candidats en fonction de leur géniture, non des impressions personnelles, ou de préjugés nourris par les sondages. Brouillé par un effet de "bruit".


L'échec de Bayrou, la leçon de cette histoire, m'a fait découvrir l'envers du décors. Parce, préférant comprendre, j'ai refusé les explications boiteuses.


La démonstration est fournie. Messieurs les moqueurs prenez en de la graine.


GDB


 

La suite de cette analyse avec cartes dans Astroemail 129

udpate 14/12/2013





------------------------------------------------



Les éléments exposés, affectant la personnalité du candidat, ont été supprimés

le 7 mars 2015



----------------------------



JANVIER 2012


BAYROU : L'OUTSIDER OBSÉDÉ PAR SON AVENIR PRÉSIDENTIEL









2) Eléments de profil


- un homme habité par l'ambition de présider la République .

Depuis la mise en évidence, en 1969, dans la vie politique Française, du syndrome de Poher. Le candidat susceptible d'être élu doit manifester une réelle, et profonde, ambition pour occuper le poste. On se souvient de l'aveu de Sarkozy, selon lequel le matin en se rasant il ne pensait qu'à ça.


En l'espèce François Bayrou est un homme "enflé par la certitude" d'occuper un jour le fauteuil de l'Elysée. Ainsi il s'est mis sur la ligne de départ pour la course dès 2002, lorsqu'il postula pour la première fois à la magistrature suprême, si l'on en juge par sa déclaration :


"je me présente pour prendre date. En 2007 je serais au deuxième tour. Et en 2012 je gagne" confiait-il à ses proches (Histoire Secrète de la Droite édition Nouveau Monde Poche 2011). En obtenant 17% des suffrages il est recalé pour le second tour par Ségolène Royal.  


"Bayrou est obsédé par l'idée de devenir Président de la République, il ne pense qu'à ça" Alain Juppé


En 2012 Bayrou "sent" que cette fois l'élection est taillée pour lui, et lui seul.


- Bayrou remplit la condition indispensable de qualification pour le poste

En effet, Bayrou a été ministre sous Balladur et possède l'expérience de la carrière gouvernementale



- Bayrou propose comme rupture le concept de "ni droite ni gauche" encore appelé anti système


Le thème d'Henri IV sert de trame au discours de Bayrou, en propageant l'image du roi qui réconcilia les sujets de son royaume après les troubles intestines meurtières des guerres de religion. En faisant l'impasse sur deux réalités principales. La réconciliation dans le royaume fut essentiellement l'oeuvre politique de Henri III. Le "bon roi Henri le Grand" institua sous son régne le principe de la monarchie absolue, autoritaire, contraignante jusqu'alors inconnue avant lui.



EN CONCLUSION


De tous les candidats déclaré, virtuels, ou potentiels, François Bayrou est le seul à se trouver en résonnance avec les climats et transits des événements de l'élection présidentielle de 2012.


Si l'on tient compte de son profil, au sens des astrologues de la Tradition, il détient la première chance.



gauthier de bruges 01/2012©Astroemail














Free web hostingWeb hosting





"diffusion en matière juridique de renseignements et informations à caractère documentaire

en application de l'article 66-1 de la loi du 31/12/1971 reproduction interdite"

Une - Actualités-Editeur -AstroDiko - Astrosofie - Blog -Culture - Magazine - Legalis - Mystifications - Société


                           Médiation Extra Judiciaire   Engagement consommateur   droits intellectuels

                         

                                       ©2017-2003 Tous Droits Réservés www.astroemail.com  ISSN 2267-2702