Les signes du zodiaque ont disparu





Morin,jean baptiste, dominique de villepin,socle commun des connaissances,FDAF





LE GRAND SILENCE DES ASTROLOGUES




© 2015-2017 ASTROEMAIL L'enquête à travers l'histoire de l'astrologie


SUR L'ILLÉGALITÉ DE L'ASTROLOGIE


L'ASTROLOGIE EST DESORMAIS ILLEGALE EN FRANCE


Avant de quitter le pouvoir, le premier ministre français, Dominique de Villepin, réforma le code de l’éducation en introduisant un nouvel article normé D.122-3, et son annexe, relatif au contenu de l’enseignement dispensé dans les écoles de la République. Cet article, dit encore Socle Commun des Connaissances, fit l’objet d’un décret paru le 11 juillet 2006 dans lequel la République rattrapait son retard en astronomie sur 4 siècles d’atermoiement, puisque l’héliocentrisme est désormais enseigné au titre de la culture scientifique de base en ces termes :


« la terre est un objet du système solaire soumis à la gravitation[1] ».  En clair les 3 lois de Kepler de 1609 sont avalisées, ainsi que la théorie d’Einstein de 1905 sur la Relativité Générale.


La conséquence est que les planètes orbitent autour du Soleil. Sans gravitation elles iraient en ligne droite. Finis, les 12 signes du zodiaque, puisque le Soleil ne « tourne plus autour de la Terre ». Le Soleil n'a jamais orbité autour de la Terre. Les hommes mirent 2000 ans environ avant de le comprendre. Les astrologues refusent de l'admettre avec une rare obstination d'ignorance.


La conséquence, pour les astrologues, se traduit par la nécessité de revoir leurs pancartes du ciel, car leurs représentations graphiques actuelles sont fausses. Il convient donc d’adopter -au minimum- une représentation planétaire orbite par orbite autour du soleil, au lieu du dessin actuel, écrasé coplanaire, représentant toutes les planètes sur une même ligne à égale distance de la terre. Une absurdité, qu’étrangement les adversaires de l’astrologie n’ont jamais relevée, y compris les astronomes, puisque depuis Anaximandre de Milet, il y a 2600 ans, la connaissance des orbites planétaires était un fait acquis, accepté par les astrologues jusqu’au XVIIe siècle en France. Puisque l’on trouve dans les planches, de l’astrologie naturelle de Blaise de Pagan, de telles présentations.


Les astrologues disposèrent de 400 ans pour adapter leurs langages. Ils s’en montrèrent incapables. Morin de Villefranche, après avoir occupé 40 années de son existence à écrire son Astrologia Gallica, y renonça à la fin de sa vie, en laissant tomber l’astrologie. Son ouvrage fut réécrit par un de ses disciples, afin de publication par ses héritiers directs, couchés sur testament, dans le but lucratif de gagner des droits d’auteur à titre d’héritage pendant 7 ans.


Au XXe siècle, profitant de la révolution informatique l’astrologie développa ses activités mercantiles sans adapter -était-ce possible ?-  son contenu aux réalités astronomiques en donnant libre cours à de nouvelles erreurs, dont l’impossible ère du Verseau en 1918 avec les divagations de  Rudolf Steiner, et au cours des années 1970 les effets Gauquelin truqués, ayant un temps abusé Paul Kurtz et le mouvement sceptique international CSISOP.


La période d’incertitude -légale- sur ce que l’on nomme l’ordre public, en France, est désormais terminée depuis le 11 juillet 2006. Avant cette date, les astrologues soutenaient les propos de leur choix sur les effets planétaires, les juges rendaient des décisions en fonction de leurs convictions personnelles lorsqu’il y avait procès. La loi n’avait pas tranché entre géocentrisme et héliocentrisme comme mécanisme spatial des mouvements planétaires. Depuis le 11 juillet 2006 l’ordre public des connaissances est définitivement fixé sur l’héliocentrisme. Les conséquences se traduiront dans les prestations offertes.


Ainsi, un client ayant payé une analyse de son avenir, fondée sur le fondement du géocentrisme, sera non seulement en droit de faire annuler la prestation, afin d’obtenir le remboursement, mais encore sa demande en dommages et intérêts pour tromperie, au civil, est légitimement recevable. Le temps viendra où les magazines, publiant les horoscopes, seront eux aussi poursuivis pour tromperies, sauf si ces suppléments disparaissent des pages au fur et à mesure. D’ailleurs l’astrologie n’est apparue en France qu’à partir de 1905 dans les quotidiens, ainsi qu’une enquête menée par Astroemail a permis d’en fixer la date exacte. Tout d’abord avec la publication des petites annonces, puis ensuite au début des années 1930, sous la forme de l’horoscope du signe du jour, représenté dans un module de quart de colonne comportant une illustration et quatre filets. Prélude à l’arrivée de la réclame astrologie voyance et autres fakirismes, avec des quarts de page, lors de la généralisation des tirages hebdomadaires de la Loterie Nationale.


Les voyants, lesquels se servent des éphémérides astrologiques, pour fixer des dates des événements qu’ils prophétisent, sont désormais exposés aux poursuites, eux aussi, pour tromperies. Sans craintes. Pour le même motif.


En début d’année 2017, l’attention de la FDAF était attirée, par mes soins, sur les effets du décret Socle des Connaissances, sans que la personne destinataire du message ne réagisse. Electro encéphalogramme plat. Cette personne, lisant ce texte, se reconnaitra surement.


L’astrologie voyance bénéficie de l’inertie de l’indifférence des pouvoirs publics pour son développement. Il y a donc lieu de croire, que la pénétration du repère héliocentrique mettra -au moins- 20 ans, si ce n’est plus, avant de s’imposer auprès des adeptes. Le temps pour de nombreux marchands d’illusions de développer de nouveaux systèmes, tous aussi fallacieux les uns que les autres. Le dernier avatar étant le conditionalisme, désormais à remiser au grenier des illusions, avec son inventeur dépassé Jean Pierre Nicola.

Etant construit sur le biais cognitif de l’erreur de confirmation, l’astrologie aura régulièrement des clients captifs, à raison des familles de pensée dans lesquelles le consommateur se piège. Cette forme d’escroquerie par activité, aux prestations divinatoires de 313-1 de l’actuel code pénal, a donc encore de belles années pour pleinement s’épanouir, en profitant de la complaisance des autorités chargées de la réprimer. Les procureurs ont des clients plus sérieux à poursuivre que les astrologues. Excepté s’il y a mort d’homme. Il a fallu deux suicides, à la fin des années 1990, pour que le Parquet de Paris se décide à engager des poursuites judicaires contre les astrologues voyants de la société Vanessor, depuis disparue.


Le décret Socle Commun des Connaissances, de Dominique de Villepin, a le mérite d’avoir ringardisé les 12 signes du zodiaque. Un avantage considérable dont les conséquences sociales, et culturelles, restent encore à analyser.


φ claude thebault 17 mars 2017



[1] Voir extrait du Décret Socle en pdf.













reproduction interdite des textes et illustrations de cette page copyright Astroemail






®

"diffusion en matière juridique de renseignements et informations à caractère documentaire

en application de l'article 66-1 de la loi du 31/12/1971 reproduction interdite"

Une - Actualités-Editeur -AstroDiko - Astrosofie - Blog -Culture - Magazine - Legalis - Mystifications - Société


            Médiation Extra Judiciaire  Droits intellectuels Engagement consommateur   Argumentaires

                         

                                       ©2017-2003 Tous Droits Réservés www.astroemail.com  ISSN 2267-2702