ASTROEMAIL
informations juridiques de la consommation de crédulité


Publication professionnelle des mouvements planétaires et de mécanique orbitale

Kepler Newton Poincaré Relativité + synodiques sidérales et moments angulaires






110 ans d'appel à l'imposture de l'astrologie de l'occulte





MYSTIFICATION DE L'ASTROLOGIE ESOTERIQUE



tromperie,et imposture, du Code Steiner



Les astrologues sont appelés, depuis 1909, par Rudolph Steiner à inverser Mercure et Vénus dans leurs Roues de Pythagore, afin d'effacer la révélation religieuse écrite dans le 11e de la finale de l'Épilogue de l'Apocalypse, selon laquelle Jesus est Lucifer, prince des démons. Réussiront-ils la prouesse, impossible, d'une inversion cosmique planétaire, par l'emploi de leurs dessins?  


COMMUNIQUÉ


Par Astroemail



JESUS EST LUCIFER

Le leader des anges déchus du paradis devenu le chef des démons sous l’autorité du diable. Ce message est écrit en langage codé, accessible aux initiés, dans la fin de l’Épilogue de l’Apocalypse de Saint Jean en ces termes :


« Moi, Jésus, j'ai envoyé mon ange attester tout cela au sujet des Eglises. C'est moi le rejeton et le descendant de David, l'Etoile radieuse du matin". »[1]


Depuis 18 siècles, cet extrait des Évangiles ne dérange personne. L’église chrétienne s’en accommode. Ce texte est lu aux offices sans susciter de manifestations hostiles de la part des fidèles. Jusqu’à ce jour du 15 avril 1909, à Düsseldorf, où Rudolf Steiner, inventeur de la science spirituelle, remarquant publiquement cette identification, décida de diluer, et d’effacer à tout prix cette révélation, gênante pour lui, en incitant les astrologues, et les alchimistes, à procéder à l’inversion cosmique des planètes Mercure et Vénus pour effacer le message apocalyptique.


Les recommandations de Steiner, quelles qu’elles soient, ne modifient RIEN, pas un seul mot, dans les évangiles chrétiens. Il lui était plus simple de s’adresser directement au Vatican, qu’aux astrologues du XXe siècle, afin de demander une modification de texte. Inverser les positions de Mercure, et de Vénus, dans les Roues de Pythagore, reste sans effet dans les missels, ni non plus dans l’espace interplanétaire. Les instructions de Steiner brouillent, et parasitent les astrologues, en déformant encore plus leurs interprétations cabalistiques. Surtout lorsque Steiner, en vain, justifiait son message, par un complot secret, cautionné par Ptolémée d’Alexandrie. Que l’enquête d’Astroemail dément en publiant plusieurs preuves matérielles authentiques.


Maurice Nouvel, auteur d’un ouvrage intitulé Mercure Vénus démasquées relaya, de manière partiale, ce qu’il convient d’appeler le «Code Steiner», par comparaison au Da Vinci Code. A la différence que le titre à succès parut plus de 10 ans après celui de Maurice Nouvel. Dan Brown écrivit un roman. Maurice Nouvel participait, en revanche, à un réel complot resté encore actif aujourd’hui.


Maurice Nouvel adapta, à sa manière de voir, l’inversion planétaire à l’hindouisme de la pratique de l’ayanamsa, en faisant précesser inutilement le zodiaque. Seule la Terre précesse. La Terre, les astrologues l’écartent de leurs Roues. Dans le cas présent n=2 diffère de 2=n. Quand la Terre précesse n=2. Tout l’univers ne précesse pas avec elle (2=n). Une réalité que ni les tropicalistes, ni les sidéralistes, ni les védiques, ni les adeptes de Nouvel ne comprennent. Ils s’aveuglent tous avec la même idée reçue, au grand plaisir d’ailleurs des astronomes.


Steiner imaginait une inversion cosmique, par l’action conjuguée des astrologues. Nouvel perturba son message avec un système différent en l’additionnant de statistiques compliquées.


Rudolph Steiner inventa, à la manière de Dan Brown, avec un siècle d’avance, une authentique théorie de la conspiration, en élaborant une constante, celle d’accréditer l’idée, selon laquelle, les astrologues seraient capables de réaliser une prouesse cosmique, en inversant Mercure et Vénus dans leurs Roues de Pythagore. Au bout de X temps, les planètes, elles aussi, changeraient de place. Astrologues encore un effort. Remplacez les d’abord dans votre tête. La réalité suivra…enfin après plusieurs verres de vodka martini, quand votre vision les confondra toutes les deux. Einstein n’a-t-il pas dit « la Lune existe-t-elle seulement quand vous la regardez ? »[2]


Derrière les astrologues, Steiner mobilise aussi les initiés, les rosicruciens, et tous les esprits dérangés par le paranormal, lesquels complotent encore actuellement. Notamment ils se montrent, de plus en plus actifs, en héliocentrique. Isabelle Cottard Teskra revendique, en notes de bas de page, l’influence de Steiner dans ses divagations publiées sur le site aucoeurd’hélios.  Le Code Steiner constitue une réalité préoccupante, avec la propagation d’idées délirantes sur le thème d’une relation exceptionnelle, des discours désorganisés et incohérents, des esprits perturbés, des croyances bizarres comme le nettoyage des résidus de karma par la résonance orbitale. L’altération du sens de la réalité se propage nécessitant l’hygiène mentale, la militance, et la résistance psychique. Lorsque le conte d’Andersen perd sa dimension de fable, le cauchemar commence alors. Avec ses concentrés de poisons mentaux.


En définitive le Code Steiner fut crée en 1909 et non en l’an 65, date présumée de l’écriture de l’Apocalypse de Saint Jean, auteur controversé, homonyme de l’apôtre du même nom.


Claude Thébault enquêta sur ce complot, alimenté depuis un siècle, par plusieurs contributions, dont celle délirante de Maurice Nouvel. Pour conclure que l’effacement, de l’identification Jésus Lucifer, n’est pas du ressort de l’impossible inversion de Mercure par Vénus, et de Vénus par Mercure.


Ni les antiques mythes égyptiens, ni les Sanctuaires de la Connaissance convoqués par Steiner, ni les roues de Pythagore des astrologues impuissants ne peuvent effacer le message apocalyptique, selon lequel, la religion chrétienne, héritière des croyances polythéistes antiques, est celle du diable.

L’auteur sémitique, identifié sous le nom de Saint Jean, révèle-t-il un secret initiatique, sous la forme d’un message apocalyptique ? Ou son écriture exalte-t-elle, malencontreusement, un constat ? Jésus, par sa résurrection est une nouvelle incarnation de la déesse sumérienne Inanna, la première, dans l’histoire des religions, a revenir de la cité des morts !


Le détail de l’enquête, ainsi que des révélations supplémentaires, dans le Dossier d’ Astroemail 135 « Mercure Vénus interchangeables ? ».


      



[1] Apocalypse de Saint Jean, Epilogue (11, in fine). L’Apocalypse évoque dans une fresque à grand spectacle de type Cécil B de Mile, la chute de Babylone. Le Dragon est évoqué, son enfermement pour 1000 ans, les vendanges divines etc…Imaginer l’invocation de Dieu pour réduire Babylone en cendres pose un problème de perspective des puissances. Mettre à égalité des ennemis, quels qu’ils soient, avec Dieu. La divinité est, par principe, au dessus de cette contingence. Cela abaisse Dieu et renforce la puissance de Babylone. L’auteur de L’Apocalypse est un autre personnage, identité controversée, que l’apôtre du même nom.


[2]Bernstein (1991) p 42, Manjit Kumar Einstein, Bohr...et le débat sur la nature de la réalité p 494


astroemail 01/15




 













®

"diffusion en matière juridique de renseignements et informations à caractère documentaire

en application de l'article 66-1 de la loi du 31/12/1971 reproduction interdite"

Une - Actualités-Editeur -AstroDiko - Astrosofie - Blog -Culture - Magazine - Legalis - Mystifications - Société


            Médiation Extra Judiciaire  Droits intellectuels Engagement consommateur   Argumentaires

                         

                                       ©2017-2003 Tous Droits Réservés www.astroemail.com  ISSN 2267-2702