actualité de la consommation des produits du ciel et de l'espace














Les rebondissements, 30 ans après les faits, de l’affaire Grégory, début juin 2017, ravive une plaie non cicatrisée, restée vive, au flanc de l’astrologie. Celle de son échec, devenu aussi le marqueur du début de sa lente agonie depuis le milieu des années 1980.


De quoi s’agit-il ?

Au milieu des années 1980, l’ex revue Vous et votre Avenir, pensait faire un tabac éditorial, en publiant un dossier complet dans son numéro 33 de mars 1986 sur l’affaire Grégory. Une édition spéciale hors-série promettait de révéler, à ses lecteurs, ainsi qu’au public, la part du secret caché par les protagonistes du drame. Un mystère accessible uniquement par les moyens de l’astrologie. Trois astrologues, soi-disant bardés de l’expérience nécessaire, présentés par la revue comme les plus chevronnés dans leur spécialité, étaient mis à contribution pour livrer, à la curiosité générale, les noms des assassins du petit Grégory Villemin. En se servant d’un nouvel outil considéré comme le plus efficace « l’astropsychologie ». La revue, dans son édition de mars 1986, sans surprise, accusait les parents du meurtre. C’était écrit dans les astres disait-elle.


Indignés par le procédé, consistant à livrer en pâture, à la curiosité du public, leur portraits astrologiques, agrémentés de commentaires déplacés, les époux Villemin saisissaient la justice afin d’obtenir la condamnation de la revue, et de ses astrologues. Lesquels les désignaient au public en qualité d’assassins de leur enfant, selon les astres. Alors que l’enquête pénale était en cours, et qu’aucune culpabilité n’était prononcée dans le dossier judiciaire.


Le TGI de Paris, par décision de novembre 1986, condamnait la revue et ses astrologues à verser à chacun des parents du petit Grégory la somme de 5 500 euros environ, le chiffre était de 30 000 Frs de l’époque.

La première décision, accordant une réparation aux personnes physiques, pour publication de leur portrait astrologique dans une revue, sans leur accord trouve son origine dans l’affaire Grégory. D’autres décisions suivront ensuite, pour des motifs similaires, au cours des années 1990, notamment les jurisprudences Claire Chazal.


Le fait est ignoré des astrologues, les particuliers depuis 1986, sont en droit d’obtenir une indemnisation en justice, sous forme de dommages et intérêts, pour la publication de leurs portraits astrologiques sans leur accord, notamment aussi sur internet. Les astrologues peu bavards, se taisent encore plus, lorsqu’ils sont condamnés, ce qui expliquent l’opacité du silence sur ce sujet délicat relatif au droit de la personnalité. La décision Villemin était inconnue jusqu’en 2015, année où elle fut publiée dans le livre « Litiges et controverses du contentieux astrologiques ».


Refusant les termes de la décision du TGI de Paris, les 3 astrologues, et le directeur de publication de la revue Vous et Votre Avenir appelèrent alors devant la Cour. Il eut été plus sage, de réclamer d’abord au tribunal une décision interprétative de celle qui avait été rendue, c’est gratuit, pour ensuite, éventuellement, envisager de faire opposition, afin de contraindre le tribunal à rejuger, si nécessaire, au lieu de se lancer inconsidérément tout de suite dans la voie de recours d’un appel, ne permettant plus ensuite de faire marche arrière.


Ce sont dans ces conditions d’une réflexion sommaire, que les parties se retrouvèrent une seconde fois en justice, devant la Cour d’Appel de Paris. Cette fois Vous et Votre Avenir, et ses 3 astrologues maison, usèrent d’un moyen nouveau, en guise d’argument, sans modifier leurs demandes initiales. Car en appel ce n’est pas possible. Ce moyen était le suivant « dire et juger que la révélation du thème astrologique ne relève pas de la vie privée des personnes, mais de la fiction ». Ainsi l’astrologie tenait deux discours simultanément. Pour ses adeptes, le thème astrologique est vrai. Pour ses adversaires, et les juges, « l’astrologie c’est du roman ». Les juges se fâchèrent, au motif que l’astrologie prétend décrire la personnalité par les planètes et qu’on leur soutenait qu’il n’en était rien. Afin de révéler une part de secret. Alors qu’en réalité, les commentaires portent atteinte au droit de la personnalité, notamment à la dignité et à l’intégrité des individus en blessant la sensibilité des personnes concernées. Car l’outil employé de la lecture par les planètes est inadapté. L’astropsychologie ne marche pas. Le symbolisme du langage astrologique est FAUX dans toutes ses applications.


Lorsque l’on expose cette décision aux astrologues leur réaction immédiate consiste à se braquer. Puis à refuser ensuite tout échange, en se drapant avec arrogance dans la posture du paria incompris. Au début nous pensions qu’il s’agissait d’une attitude sectaire. Puis, en analysant, nous découvrîmes qu’il s’agit d’une réaction de défense immunitaire de type oubli. Ayant l’inconvénient majeur d’aggraver la tendance des astrologues à se réfugier dans l’autisme. Accroissant aussi, sensiblement chez eux, le développement des maladies mentales. L’astrologie relève du paradoxe de Hempel, nécessitant des instances de confirmation. Face à une instance de non confirmation, l’astrologue lambda ordinairement convivial se referme brusquement comme une huitre. La condamnation de l’astrologie, par les juges, équivaut à une instance de non confirmation. Au lieu de chercher à en comprendre les raisons, et, éventuellement envisager de remédier aux difficultés par des améliorations substantielles, l’astrologue devient autistique en restreignant ses interactions sociales. Avec l’inconvénient de développer des attitudes inflexibles augmentant le retard intellectuel. Ce qui explique que l’astrologie règresse. Ce mouvement s’observe depuis le milieu des années 1980 mesuré par plusieurs sondages de type COVERA, en France, comme aux Etats-Unis. L’affaire Grégory, de ce point de vue, constitue aussi un marqueur du début de ce déclin. Les parents furent blanchis, l’astrologie échoua.


Les personnes curieuses de s’informer trouveront le texte de l’arrêt, Vous et Votre Avenir, de décembre 1987, dans le livre Litiges et controverses du contentieux astrologique avec des commentaires, ainsi que des indications sur d’autres décisions similaires. Nous savons que peu de personnes seront intéressées, y compris chez les sympathisants actuels de l’astrologie, car ils sont incapables de surmonter le trouble de la perturbation autistique.

Vous et Votre avenir, et ses 3 astrologues, furent condamnés en appel à payer à chacun des 2 parents du petit Grégory le double de la somme de première instance, l’équivalent de 10 000 euros chacun. Soit au total la somme de 80 000 euros. Puis la revue cessa sa parution, disparaissant des kiosques. Un éditeur atypique tenta de relancer le titre sans obtenir de succès. Les astrologues, bien entendu, ne parlèrent jamais de la jurisprudence Grégory.C’est bien dommage pour eux.


ϕ claude thebault 06/2017











®

"diffusion en matière juridique de renseignements et informations à caractère documentaire

en application de l'article 66-1 de la loi du 31/12/1971 reproduction interdite"

Une - Actualités-Editeur -AstroDiko - Astrosofie - Blog -Culture - Magazine - Legalis - Mystifications - Société


            Médiation Extra Judiciaire  Droits intellectuels Engagement consommateur   Argumentaires

                         

                                       ©2017-2003 Tous Droits Réservés www.astroemail.com  ISSN 2267-2702